Culture Générale

Pourquoi y a-t-il polémique sur le génocide arménien ?

genocide

S’il y a polémique ce n’est guère en France mais en Turquie. Pourquoi donc ? Il nous faut d’abord examiner les faits.
Ce que l’on nomme le génocide arménien pris place entre avril 1915 et juillet 1916 tuant 1 million deux cent mille Arméniens, ce qui correspond au deux-tiers de la population arménienne de Turquie de l’époque.

Déjà 200 à 250 000 d’entre eux avaient été massacrés 20 ans plus tôt par le sultan Abdul-Hamid alors que les arméniens réclamaient des réformes institutionnelles. Églises brulées, conversion forcées, le sultan se veut alors le chef spirituel des musulmans. Mais en 1909 le mouvement dits des Jeunes-Turcs prend le pouvoir. Ils désignent un nouveau sultan, Mohamed V qui fait adopter une Constitution laïque.

Mais une idéologie domine, le « touranisme ». Celle-ci, fondée sur une race turque homogène, a pour objectif l’union de tous les peuples de langue turque ou assimilée, partout dans le monde.  Dès lors et ce dès 1909, les Jeunes-Turcs s’attaquent aux Arméniens d’Asie et la guerre de 1914 va être l’occasion de perpétrer le génocide.

Ainsi cette même année le ministre de l’Intérieur ordonne l’assassinat des Arméniens d’Istanbul , de ceux de l’armée, et enfin de ceux des sept provinces orientales. En 1915 la déportation des survivants ainsi que leur spoliation est organisée.

Il nous faut maintenant répondre à la question initiale. Pourquoi ces faits font-ils polémique, en Turquie ?
Il faut d’abord signaler le rôle de l’Allemagne,  allié de l’époque de la Turquie. Elle a censurer des informations sur le génocide. Pourtant le traité de Sèvres de 1920 entre les Alliés et l’empire ottoman, prévoit le jugement des responsables du génocide. Mais Moustafa Kémal arrivé au pouvoir 2 ans plus tard les amnistie.

Aujourd’hui la Turquie refuse le terme même de génocide et considère ces faits qu’elle reconnait par ailleurs, comme de simples conséquences de la guerre et non comme délibérément pensé et organisés. Il ne peut en être autrement car les conséquences pourraient sinon être lourdes en terme de réparation pour les victimes, de conflits territoriaux, mais aussi  politiques sur de nombreux  hommes politiques turcs issus du mouvement des Jeunes-Turcs.


Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre