Histoire

Qui est Trotula de Salerne ?

hist Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Histoire” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Trotula de Salerne (Trotula di Ruggiero en italien) est une femme médecin italienne de la période du Moyen Âge.

Connue pour avoir écrit plusieurs ouvrages médicaux en latin (tels que “Les Maladies des Femmes”, ou “Traitements pour les Femmes”), elle a étudié la médecine à Salerne, où elle fut également enseignante et praticienne. Son brillant parcours en fait, aujourd’hui, une des figures éminentes de l’histoire des sciences, pour bon nombre de mouvements féministes.

Une soignante médiévale

La vie de Trotula de Salerne se déroule au sein de la principauté de Lombardie de la fin du XIe siècle.

Bien qu’étant soumises – en vertu des traditions lombardes – à leur père, puis à leur mari, les femmes de cette époque pouvaient tout de même pratiquer la médecine et la chirurgie, si elles en montraient les capacités.

Formée à l’école de médecine de Salerne, la jeune femme enseigne ainsi la médecine, en même temps qu’elle officie dans le dispensaire voisin où sont soignés d’opulents lombards, des Croisés revenant de leur périple et même des étrangers de passage dans la ville.

C’est riche de ces expériences que Trotula compile son savoir dans plusieurs écrits traitant de la santé des femmes, comme notamment “De passionibus mulierum curandarum” (traduisible par “Les Maladies des Femmes”) qui semble être le premier traité gynécologique de l’histoire, en décrivant principalement les phénomènes physiologiques de menstruation et de grossesse.

D’autres ouvrages suivent (dont “Traitement des femmes malades avant et après l’accouchement”) pour constituer une bibliographie extrêmement complète et documentée.

Héritage et postérité

Basées sur les travaux de Claude Galien – un médecin grec du IIe siècle – les thèses de Trotula de Salerne sont tout de même novatrices pour son époque.

La soignante préconise, par exemple, l’usage d’opiacés pour calmer les douleurs de l’accouchement, et ce, alors que l’Église de l’époque partait du principe que la femme se devait de souffrir au cours de l’enfantement.

Les siècles passant, les ouvrages de Trotula seront finalement attribués à un homme, avant que les années 2000 ne viennent rétablir la vérité en mettant fin aux travers de “l’effet Matilda” (lequel consiste à attribuer les découvertes d’une femme à des figures masculines).

Ainsi, désormais reconnue comme une pionnière de son domaine, Trotula de Salerne est plus que jamais un modèle pour les femmes souhaitant s’illustrer par leur travail et leurs talents.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre