Histoire

Qui est la “Tigresse bretonne” Jeanne de Belleville ?

tigresse

S'abonner au podcast
Poussée hors de son foyer par le meurtre de son mari, Jeanne de Belleville devient, par vengeance, la première femme corsaire de l’histoire. Son histoire mouvementée et atypique a captivé nombre de ses contemporains qui, subjugués par sa rage et son audace, l’ont surnommée la « tigresse bretonne ».

Durant la guerre de Cent Ans (1337-1457) qui oppose la France à l’Angleterre, le territoire breton occupe un rôle stratégique pour chacun des belligérants.

En effet, durant la même période se déroule une guerre de succession en Bretagne (1341-1364), au cours de laquelle deux clans se disputent la gouvernance du duché : celui de Jean de Montfort et celui de Charles de Blois.
Ce dernier est soutenu par son oncle qui n’est autre que le roi de France Philippe VI, tandis que les Bretons ont choisi le parti des Montfort. Ainsi, c’est bien l’éventualité d’une annexion de la Bretagne par la couronne française qui se joue en parallèle du conflit franco-anglais. Les Anglais l’ont bien compris et soutiennent en conséquence la bannière des Montfort pour neutraliser les avancées françaises.
C’est dans ce contexte qu’Olivier, sire de Clisson, est soupçonné par Philippe VI de pactiser avec les Anglais en vue de leur livrer la ville de Nantes.

En conséquence, la couronne française lui tend un piège au cours d’un tournoi organisé à Paris (1343). Une fois sur place, Olivier de Clisson se voit accusé de haute trahison, est sommairement jugé puis condamné à mort. Décapité dans des circonstances atroces, sa tête est finalement exhibée sur le mur d’enceinte de la ville de Nantes, devant les yeux médusés de sa femme : Jeanne de Belleville.

Bien que mère de deux enfants, Jeanne décide de venger la mort de son époux et se rend avec certaines de ses anciens vassaux dans un château de Blois, quelques jours plus tard. Le châtiment est implacable, les occupants des lieux sont décimés par Jeanne et ses alliés.
Enragée, la jeune veuve continue les mises à sac de castels pendant six semaines avant de prendre la fuite, devançant la chasse qui était menée par le pouvoir français.

Bien qu’en exil, Jeanne de Belleville entend toujours nuire au pouvoir français. Ainsi, pour s’en prendre à Philippe VI, elle achète un bateau et écume les mers de la Manche et de l’Atlantique.
Tous les navires marchands qu’elle croise sont alors pillés puis coulés.

Après plus de dix ans de guerre d’usure, Jeanne finit toutefois par faire naufrage à Morlaix, perdant par l’occasion l’un de ses fils.

Rescapée, elle se réfugie en Angleterre où elle se remarie, avant d’y finir ses jours (1359) au terme d’une vie romanesque.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre