Tech/Science

Pourquoi surfer sur Internet ne rend pas moins productif ?

internet travail

S'abonner à la chaine Tech/Science sur iTunes
Des chercheurs de l’Université de Haïfa en Israël et de Floride ont voulu savoir si l’utilisation personnelle d’Internet durant les heures de travail était réellement contre-productive ou simplement une réponse à l’ennui.

Pour répondre à cette question ils ont remis un questionnaire à près de 500 employés à temps plein travaillant dans une université américaine. Le questionnaire portait sur le degré d’ennui au travail, la charge de travail ainsi que la fréquence à laquelle les employés se livraient à des comportements contre-productifs comme par exemple gaspiller des fournitures.

Résultat: le couple “ennui et charge de travail trop faible” est fortement corrélé au fait d’aller sur internet sur son lieu de travail.

Ainsi surfer sur Facebook ou sur Instagram pendant ses heures de travail ne porte pas préjudice à la productivité mais se trouve être un mécanisme d’adaptation à l’ennui. Il s’agit d’une réponse naturelle à celui-ci plutôt qu’un comportement pénalisant la production.

Tout est bien entendu question de proportion. Mais le principe semble bien acquis.

Ce qui n’empêche que la loi française est assez claire sur le sujet. Il est autorisé de s’égarer sur Internet au travail si cela reste dans la limite du raisonnable. Heureusement car une étude a dévoilé en juin dernier que 58% du surf au bureau en France était d’usage personnel (ce qui correspond à 63 minutes par jour).

Mais du point de vue du droit comment interpréter cet adjectif “raisonnable” ?

Il n’y a pas de définition légale. C’est au cas par cas. Différents critères sont pris en compte par les magistrats: la fréquence de connexion, sa durée, le moment de la journée (en pause ou pas), l’impact sur la qualité du travail, et bien sûr le type de sites visités.

Quant aux sanctions celle généralement encourue par le salarié qui a utilisé abusivement Internet à des fins personnelles est le licenciement.

Par ailleurs l’employeur a le droit de contrôler les activités en ligne des salariés s’il les prévient au préalable et en informe les représentants du personnel et la Cnil.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre