Culture Générale

Pourquoi la Suisse pratique-t-elle le secret bancaire ?

secret bancaire suisse

S'abonner au podcast
Le secret bancaire désigne l’interdiction pour les banques suisses de transmettre à des tiers des informations au sujet de leurs clients.

Ce droit au secret est garanti par la loi depuis 1934. Celle-ci fut motivée par des intérêts commerciaux et fiscaux après la Première Guerre mondiale et la crise financière de 1929.

Mais l’origine du secret est bien plus ancienne. En 1685 Louis XIV révoqua l’édit de Nantes qui accordait jusqu’alors la liberté de culte aux protestants. Ainsi des centaines de milliers d’entre quittèrent le pays, affectant l’économie de notre pays. Quelques dizaines de milliers atterrirent en Suisse où se trouvaient déjà un grand nombre de protestants.

Le Roi dû alors emprunter de l’argent, notamment en Suisse. Depuis ce pays ils continuèrent donc de financer la monarchie française.  Mais pour que le Roi ne soit pas accusé d’emprunter de l’argent à ceux qu’il avait contraint à l’exil, le secret fut requis. De même pour protéger les protestants créanciers.

Ainsi dès 1713 la Suisse interdit à ses banques «de divulguer les informations à quiconque autre que le client». Elles doivent « tenir un registre de leur clientèle et de leurs opérations, mais il leur est interdit de divulguer ces informations à quiconque autre que le client concerné, sauf accord exprès du Conseil de la Ville ».

Ensuite la pratique du secret se consolida car elle permit d’attirer beaucoup de capitaux et apporta rapidement beaucoup d’argent.

Malgré les limitations récentes imposées au secret suisse, elle reste le premier centre offshore de la planète avec 2 050 milliards d’euros d’avoirs privés déposés par des clients étrangers, soit 27 % de part de marché mondial.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre