Santé

Qu’y a t-il dans les bonbons gélifiés ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Santé” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
De formes et de couleurs très variées, les bonbons gélifiés ne manquent pas de fantaisie. Quant à leur texture élastique, qui évoque un peu la gomme à mâcher, elle plaît aux amateurs. Mais ils ne savent pas toujours de quoi sont faites leurs friandises préférées.

Un produit animal dans les bonbons

Les bonbons gélifiés contiennent surtout du sucre et de la gélatine. Mais, en règle générale, les consommateurs ignorent de quoi ce dernier ingrédient se compose. Sur la boîte de friandises, on ne lit souvent que le seul mot “gélatine”.

La règlementation n’impose aucune mention supplémentaire aux fabricants. Cependant, certains précisent qu’il s’agit d’une gélatine de porc. Elle est fabriquée à partir des os, de la peau, et même des tendons et ligaments de l’animal.

Certains bonbons contiennent également des produits extraits de la cochenille asiatique, qui servent à les enrober ou à leur donner une couleur rouge vif.

Les végétariens et les adeptes de certaines religions peuvent savourer d’autres bonbons. Leur gélatine est faite d’amidon ou d’agar agar, un gélifiant fabriqué à partir d’algues.

Des additifs à surveiller

La présence, dans les bonbons gélifiés, d’un produit issu des carcasses de porc a de quoi étonner, et même inquiéter, certains parents. Car ces sucreries sont très appréciées des enfants.

Ils ne seront sans doute pas rassurés non plus par la présence, dans ces bonbons, d’un certain nombre de colorants. Portant des noms faits de chiffres et de lettres, comme E102 ou E104, ils sont autorisés par la réglementation européenne.

Elle fixe d’ailleurs des doses maximales, en deçà desquelles ces additifs ne sont pas considérés comme dangereux. Des études ont cependant montré que ces substances pouvaient provoquer chez les enfants une hyperactivité et des troubles de l’attention.

Par contre, un autre additif alimentaire, le dioxyde de titane, ne peut plus être utilisé dans la fabrication des bonbons depuis janvier 2020. Cette interdiction relève du principe de précaution, dans la mesure où les autorités sanitaires n’ont pu se prononcer sur l’innocuité du produit.

S’il n’est plus employé dans les produits alimentaires, cet additif est toujours utilisé dans la fabrication de certains cosmétiques.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre