Histoire

Qui fut déporté volontaire à Auschwitz ?

hist Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Histoire” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Les camps de la mort nazis n’étaient pas vraiment une destination où l’on souhaitait atterrir.
Pourtant, Witold Pilecki – un officier de cavalerie polonais – s’est intentionnellement fait enfermer dans le camp d’extermination d’Auschwitz. Sa mission : infiltrer le cœur de l’enfer concentrationnaire pour y tisser un réseau de résistance.

Un étrange stratagème

Prise en tenaille, entre le Reich allemand et l’Union soviétique, la Pologne capitule le 28 septembre 1939.
Officier de réserve polonais – âgé de presque 40 ans – Witold Pilecki refuse toutefois d’accepter le sort de son pays et décide d’entreprendre un mouvement de résistance d’une grande ampleur.

Ainsi crée-t-il “l’Armée secrète polonaise” : une structure clandestine dont le réseau s’étend dans une grande partie de la Pologne occupée.
Toutefois, l’influence du Reich est très forte dans le pays et, pour la contrecarrer, il faut saboter son organisation de l’intérieur.

Pour mener à bien son projet de libération patriotique, l’officier est donc prêt à tout.
Même à se faire interner dans un camp de la mort, tenu par les nazis.

C’est ce qui advient le 19 septembre 1940. Muni de faux papiers, l’homme se fait passer pour un Juif du nom de “Tomasz Serafinski”.

Il est alors raflé par la Gestapo, pour être emmené à Auschwitz : le principal camp d’extermination construit par les nazis.

Témoin de l’horreur des camps

Une fois sur les lieux, Pilecki est est atterré par ce qu’il découvre. La sauvagerie des SS semble sans limite et les prisonniers sont abattus de manière routinière.

Malgré tout, l’officier parvient à organiser un vaste réseau dissident – organisé autour d’une radio émettrice – et réussit à faire acheminer quelques médicaments pour soigner des détenus.

Mû par une motivation sans faille, il inocule même le typhus à des SS (grâce à des poux) mais échoue à déclencher une évasion générale, en 942. Après s’être enfui du camp, en 1943, Pilecki raconte en détails les sévices infligés par les nazis aux Juifs internés à Auschwitz, sans être vraiment pris au sérieux.

Finalement, la défaite allemande ne s’accompagne pas vraiment des effets escomptés. Occupée par l’Armée rouge, la Pologne est quadrillée par les autorités soviétiques qui décident de capturer l’ancien détenu.

Ainsi, torturé, puis condamné à mort pour espionnage, Witold Pilecki meurt dans une prison de Varsovie, à l’âge de 47 ans (1948). Une fin cruelle, pour un soldat téméraire.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre