Histoire

Qui est le “Mozart noir” ?

mozart

S'abonner au podcast
Né en Guadeloupe (1745), Joseph Bologne de Saint-George – également connu sous le nom de “chevalier de Saint-George” – a connu une vie riche en activités diverses, dans laquelle il a pu mettre en valeur nombre de ses talents.
Parmi ceux-ci, ses prestations musicales ont profondément marqué ses contemporains, au point qu’ils aient surnommé ce compositeur prolifique le “Mozart noir”.

Un parcours romanesque

Fils d’un père issu de l’aristocratie française et d’une mère guadeloupéenne, Joseph Bologne de Saint-Georges est connu pour être le premier musicien classique à la peau noire.

C’est là l’un de ses multiples exploits, puisqu’au cours de son existence, cet homme s’est notamment distingué dans le domaine de l’escrime (très doué au fleuret, il est cité dans de nombreux traités d’époque), mais également dans le domaine militaire (il participe à la Révolution française, en s’engageant dans l’armée de la République).

Fin stratège, Joseph Bologne de Saint-George met en effet sur pied une armée de 1000 soldats noirs pour défier l’armée autrichienne et les divisions royalistes du général Dumouriez, avant de prendre part à la révolution haïtienne.

Toutefois, c’est dans le domaine musical que l’homme s’illustre le plus. Auteur de 600 œuvres musicales (dont le célèbre opéra “Le Nègre des lumières”), il est également considéré comme un violoniste d’exception par ses pairs.

Musicien au succès incontestable, il est, en outre, très apprécié par la cour de Marie-Antoinette et échange régulièrement avec ses confères.

Ainsi, le “Mozart noir” commande-t-il les six symphonies parisiennes à Haydn, en plus de reconfigurer la production musicale, par l’invention du grand orchestre ainsi que celle du conducteur.

Une renommée loin d’atteindre la valeur de son héritage

Musicien noir dans un monde principalement blanc, Joseph Bologne de Saint-George n’a pourtant pas été retenu par la postérité.

La faute en premier lieu à Napoléon Bonaparte, lequel a interdit toute interprétation publique de ses œuvres.

Si certains historiens avancent l’hypothèse du racisme pour expliquer ce bannissement du “Mozart noir” de la sphère musicale française, il est possible que cette sanction ait été la conséquence de l’engagement du musicien aux côtés des Haïtiens souhaitant se libérer de la tutelle française.

Plus de deux cent cinquante ans plus tard, la France redécouvre néanmoins le talent de cet homme aux multiples facettes, dont les œuvres sont désormais jouées au court de festivals de musique classique.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre