Culture Générale

Qu’est-ce que le pistolet ceinture ?

pistolet ceinture

S'abonner à la chaine Culture Générale sur iTunes
Bien que la criminalité ait décliné à Londres au milieu du XIXe siècle, la peur du crime était un sentiment très répandu dans la population suite à quelques cas de vols et assassinats largement repris par les journaux.

Parmi eux, les célèbres meurtres par étranglement. Le tueur agissait seul et étranglait sa victime avec son bras ou une corde. La peur d’en être victime s’empara de la population en 1860. Une peur entretenue par des lettres “témoignages” de prétendus survivants de tentatives d’étranglement et publiées dans les journaux dès 1850.

On racontait à l’époque que cette technique d’assassinat avait été inventée sur des bateaux de condamnés, où les gardes l’utilisaient pour neutraliser les criminels agressifs, mais dans ces cas sans causer de blessures durables.

En réalité il semble qu’il n’y eut que quelques cas isolés d’étranglement à Londres. Mais la peur prit quand même la population. Elle atteint un pic quand en 1862 un député nommé Hugh Pilkington fut étranglé en rentrant de la Chambre des communes. Pilkington survécut, on lui vola simplement sa montre, mais devant l’ampleur de l’émoi le Parlement promulga la Loi sur la sécurité contre la violence en 1863. En vertu de cette loi, les criminels reconnus coupables de vol violent pouvaient recevoir 50 coups de fouet et une lourde peine de prison.

Au dela d’une présence policière plus importante dans les rues, des dispositifs de protection furent inventés pour dissuader les étrangleurs potentiels. Parmi eux, des colliers imposants en métal avec de grandes pointes. Un brevet fut déposé ! Ou encore une cravate avec une lame cousue dans l’ourlet (destinée à couper le bras de l’attaquant).

Et puis il y eut le pistolet ceinture ! Inventé par le fabricant d’armes à feu Henry Ball et breveté en 1858, le «Anti-Garrotter Belt Pistol» était un pistolet à ceinture conçu pour être porté à l’arrière. Si quelqu’un essayait de vous étrangler par derrière, vous tiriez et la balle partait depuis le bas de votre dos, ce qui devait toucher l’agresseur dans les parties intimes.

En 1863 la folie médiatique autour des étranglements se tarit. Les journaux ne firent plus d’article dessus et la psychose populaire s’évanouit.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre