Sciences

Qu’est-ce que le paradoxe de Moravec ?

mora

S'abonner au podcast
Une intelligence artificielle est capable de battre n’importe quel champion d’échecs mais pas de reconnaitre un objet ou une émotion, ce que pourrait faire un enfant en bas âge.

C’est ce que l’on appelle le “paradoxe de Moravec”. Ce qui est le plus difficile en robotique est souvent ce qui est, pour l’homme, le plus facile, et inversément. Un raisonnement complexe est ainsi plus simple à reproduire par un programme que de simples aptitudes sensorimotrices.

Parmi les tâches faciles à effectuer pour une intelligence artificielle figurent les mathématiques, les applications logiques, la planification. En revanche, elle peut avoir de grandes difficultés à évaluer les émotions des personnes, ou tenir une simple conversation par exemple.

Ce paradoxe fut souligné dans les années 1980 par l’enseignant-chercheur Hans Moravec. Selon lui l’explication réside dans la théorie de l’évolution. Les tâches sensorimotrices, correspondent à des fonctionnalités biologiques que nous avons acquises au fil des millénaires. Il nous a fallu beaucoup de temps pour les maitriser et nous perfectionner. Moravec dans son livre « Mind Children » dit la chose suivante:

« Un milliard d’années d’expérience sur la nature du monde et la façon d’y survivre ont été codées dans les grandes parties sensorielles et motrices hautement évoluées du cerveau humain ».

Alors que les facultés de raisonnement, elles, n’étant apparues qu’il y a peu d’un point de vue biologique, n’ont pas été perfectionnées. En conséquence, concevoir des intelligences artificielles capables de les reproduire prendra beaucoup de temps.

De plus les compétences acquises au fil de l’évolution dont nous avons parlées ne nécessitent pas de réflexion consciente. Contrairement aux tâches qui semblent difficiles car elles sont nouvelles.

Il est nous plus difficile de simuler, d’apprendre à une machine, quelque chose qui est de l’ordre de l’inconscient chez nous.

Ceci explique pourquoi le grand mouvement optimiste et plein d’enthousiasme né juste après l’apparition de l’ordinateur, au sein duquel les informaticien étaient persuadés qu’ils allaient pouvoir mettre au point une machine intelligente, capable de reproduire les capacités du cerveau humain, s’est essoufflé depuis.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre