Santé

Qu’est-ce que la maladie de La Peyronie ?

peyro

S'abonner au podcast
Répertoriée comme douloureuse et invalidante pour l’homme dès 1743 par le chirurgien de Louis XV, la maladie de La Peyronie déforme le pénis et peut provoquer une calcification de la verge. Ce type de fibroses toucherait 9% des hommes âgés de 55 à 65 ans. Dans 20 % des cas, un début d’ossification du pénis est observé. Encore mal connu, ce problème de santé impacte la fonction érectile et la sexualité du patient.

Symptômes et évolution de la maladie de La Peyronie

La douleur associée à une déviation pénienne pendant l’érection sont les premiers signes de la maladie de La Peyronie. Cette phase inflammatoire entraîne une perte d’élasticité des tissus avec une courbure apparente. Parfois, la déformation se caractérise par un rétrécissement, un étranglement ou une petite bosse au niveau du pénis. Les corps caverneux, impliqués dans l’afflux sanguin lors de l’érection, se sclérosent. Des plaques fibreuses enserrent leur enveloppe cylindrique et empêchent les tissus, habituellement spongieux, de jouer leur rôle naturel. Les douleurs peuvent persister au-delà de 6 mois. La rémission spontanée ne concerne que 30 % des personnes atteintes.

Les causes possibles de la maladie de La Peyronie

Les éléments déclencheurs de la maladie ne sont pas encore connus. L’inflammation semble être à l’origine des premiers symptômes. Elle serait la conséquence de micro-traumatismes ou d’une réaction auto-immune. Certains facteurs pourraient favoriser le développement de la maladie de La Peyronie. Les hommes atteints par cette fibrose du pénis présentent également des problèmes d’obésité, de diabète et de déficit de la testostérone. Le tabac et l’alcool augmentent les risques.

Les solutions et les traitements thérapeutiques envisageables

À l’heure actuelle, aucune mesure préventive n’a fait ses preuves. La douleur peut être prise en charge via un traitement anti-inflammatoire. Un traitement médicamenteux réduit les plaques de collagène et facilite la circulation du sang. Une thérapie par ondes de choc peut être prescrite. Pour les cas extrêmes, une intervention chirurgicale doit être envisagée : une cavernoplastie ou des sutures compensatoires font partie des pratiques courantes. Pour chaque patient, un diagnostic devra être établi par un urologue.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre