Histoire

Qu’est-ce que l’ordonnance de Villers-Cotterêts ?

hist Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Histoire” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Datant de 1539, l’ordonnance de Villers-Cotterêts est un des plus anciens textes de loi encore encore en vigueur en France. Au-delà de son contenu, il s’agit surtout du texte qui a instauré le français comme langue d’État – juridique et administrative – d’un royaume où le latin était, jusqu’alors, celle des actes officiels.

Une ordonnance sur la justice

Ratifiée par le roi François Ier lui même, en août 1539, dans la résidence royale de Villers-Cotterêts (située au cours du pays des Valois, lequel a donné son nom à la dynastie du souverain de l’époque), l'”Ordonnance générale sur le fait de la justice” se compose de 192 articles.

Également connu sous les noms de “Guillemine” ou de “Guilelmine” (en référence au chancelier de France, Guillaume Poyet), ce texte de loi a notamment pour objectifs de définir les compétences des juridictions ecclésiastiques et de circonscrire les prérogatives accordées aux villes.

Les articles 50 et 55 officialisent également la création des registres d’état civil, dans le but de recenser avec précision les naissances et les décès des sujets du royaume. À cet effet, les baptêmes doivent être mentionnés dans les registres paroissiaux (sans y omettre la date et l’heure de naissance), à l’instar des sépultures.

Le français devient une langue officielle

Intégralement rédigée en vieux français (alors employé exclusivement par les nobles, les commerçants et les professions intellectuelles), l’ordonnance comporte également deux articles (le 110 et le 111) qui font de cet idiome la langue officielle du royaume de France.

Toutefois, la locution “langue maternelle” employée dans le texte fait également référence aux multiples patois encore utilisés par le commun des sujets du royaume. En réalité, l’ordonnance officialise donc l’abandon du latin dans l’administration, au profit des langues parlées au quotidien.

Ainsi, ce n’est que le 20 juillet 1794 qu’un décret établira le français comme langue officielle de l’État, et ce, au détriment des langues régionales.

Que ce soit dans le domaine de l’organisation politique ou dans celui de l’usage des langues, l’ordonnance de Villers-Cotterêts représente donc un bond vers la centralisation géographique qui caractérise encore la France à l’heure actuelle.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre