Histoire

Qu’est-ce que l’entrevue d’Hendaye ?

hendaye

S'abonner au podcast
Alors que la Seconde Guerre mondiale a démarré depuis un an, Hitler, Franco et leurs ministres des Affaires étrangères respectifs décident de se rencontrer à Hendaye, le 23 octobre 1940, à la frontière franco-espagnole. Cette entrevue qui porte sur l’éventuel engagement de l’Espagne aux côtés des forces de l’Axe ne débouche finalement sur aucun accord d’envergure.

Les raisons d’une rencontre
Même si elle eut lieu à l’automne 1940, la rencontre entre Hitler et Franco avait déjà été préparée au cours de l’été de la même année.
C’est en effet à cette période que le gouvernement espagnol avait établi les premiers contacts avec le régime nazi, au moyen d’entremetteurs diplomatiques de haut niveau.

Le sujet de l’entretien portait principalement sur une éventuelle participation de l’Espagne à la guerre, aux côtés des forces de l’Axe. Y étaient liées des demandes territoriales et logistiques, ce qui avait engagé des négociations entre les deux parties.

Du côté allemand, Hitler exigeait la cession d’une des îles Canaries et d’une base navale (celle de Mogador ou d’Agadir) ainsi que l’île de Fernando Poo, en contrepartie d’une aide militaire allemande.

Franco, quant à lui, avait également des revendications territoriales et souhaitait prendre possession de Gibraltar et de secteurs français comme Oran, le Maroc, la Guinée, voire même une partie du Roussillon, en contrepartie d’une participation espagnole dans le conflit.

Ne souhaitant pas envenimer ses relations avec le régime de Vichy, Hitler n’accepta pas d’honorer les demandes de Franco.

Néanmoins, c’est afin de mettre la pression sur ce dernier que le Führer demanda l’organisation d’une rencontre à Hendaye, pour y discuter géopolitique.

Déroulement et conséquences
Une fois arrivés sur place, les deux chefs d’État se rencontrent dans la voiture-salon du train officiel allemand “Erika”. Accompagnés de von Ribbentrop, Serrano Suñer et des interprètes Gross et las Torres, ils y démarrent une réunion qui dure plus de neuf heures.

Hitler y développe sa vision du “Nouvel Ordre européen” et du rôle que l’Espagne y occuperait. En réponse, Franco démarre un très long exposé en parlant du Maroc et de ses demandes en approvisionnement pour préparer un effort de guerre (il est alors question de 100 000 tonnes de blé), puis aborde la question des revendications territoriales.

Les exigences de Franco, impossibles à satisfaire, irritent profondément Hitler, lequel ne décèle pas de véritable volonté d’engagement militaire du côté espagnol. De ce fait, les relations diplomatiques entre les deux pays se refroidissent considérablement même si l’état-major nazi réussit à obtenir, via des pressions, une promesse espagnole d’entrer en guerre.

La ratification d’un protocole d’engagement officialise cette participation des Espagnols aux opérations militaires de l’Axe sur le continent, tout en laissant le choix à Franco de la date de son entrée dans le conflit.

Malgré cela, l’Espagne n’entrera jamais officiellement en guerre et son action la plus engagée dans le conflit sera l’envoi d’une division de volontaires espagnols, dans le cadre de l’invasion de l’Union soviétiques en 1941.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre