Voyage

Qu’est-il arrivé aux animaux sauvages de Tchernobyl ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Voyage” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
En avril 1986, l’explosion d’un des réacteurs de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en URSS, fait des milliers de victimes et conduit les habitants des zones alentour à fuir les lieux. Depuis lors, pourtant, la vie a repris ses droits et les animaux sauvages sont plus nombreux qu’avant dans ces secteurs toujours contaminés.

Des animaux revenus en nombre

L’homme, qui a presque disparu, n’est plus là pour perturber la vie des animaux sauvages. Autour de la centrale de Tchernobyl, dans un rayon d’une trentaine de kilomètres, ils ont repris possession d’un territoire laissé à l’abandon.

Ils n’ont plus à craindre les chasseurs ou les braconniers. Quant aux agriculteurs ou aux exploitants forestiers, ils ne gênent plus leurs déplacements.

Cette zone désolée, où la nature a pourtant repris ses droits, serait-elle devenue un paradis pour les animaux sauvages? Force est de constater, en tous cas, que les populations de loups sont sept fois plus nombreuses qu’avant et que des animaux devenus rares, comme les élans, les chevreuils ou les sangliers, sont revenus peupler ces contrées.

Même des espèces indigènes menacées de disparition, comme les ours, les lynx ou les chevaux de Przewalski, qui fréquentent les granges abandonnées, font leur réapparition.

Quelques menaces pourtant

Les zoologues ont pu constater, en observant ces animaux, qu’ils ne semblaient pas souffrir de la contamination de la zone. Aucun d’entre eux ne paraissait présenter de ces malformations qu’auraient pu provoquer les effets des radiations.

Mais ils se font pourtant sentir. En effet, les spécialistes se sont aperçus que, dans l’ensemble, l’espérance de vie de ces animaux était plus faible. Leur taux de reproduction serait également moins élevé.

Par ailleurs, l’homme n’a pas totalement disparu des environs de Tchernobyl. Si les villes sont devenues des cités fantômes, des techniciens et des ouvriers continuent de travailler à la centrale, où ils construisent un nouveau sarcophage, destiné à abriter les matériaux radioactifs.

Il est même des touristes pour s’aventurer dans ces contrées encore contaminées. Certains braconniers reprennent peu à peu leurs activités. Même si cette présence humaine est beaucoup plus limitée qu’avant la catastrophe nucléaire, elle peut perturber la nouvelle existence des animaux de Tchernobyl.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre