Santé

Qu’est-ce que le post-partum ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Santé” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.

Le terme post-partum désigne la période post accuchement. La dépression post partum est cet état psychologique différent du baby blues en raison de son intensité et de sa durée. Ces deux troubles ont des causes et des traitements différents. Pour la santé de la mère et de l’enfant, il est important que l’entourage fasse la différence entre les deux afflictions.

Le baby blues survient en général 3 à 7 jours après l’accouchement. Ce syndrome post natal se traduit par des variations brusques d’humeur. La mère passe des rires aux larmes sans raison apparente. Elle est sujette à une angoisse profonde, elle redoute de ne pas s’occuper correctement de son nouveau-né. Cette pathologie s’accompagne d’une perte d’appétit, d’une grande irritabilité et d’une augmentation du stress. Le baby blues est lié à la modification hormonale qui influe fortement sur l’émotivité. La mauvaise qualité du sommeil est également une des causes du baby blues.

Cet état psychologique est très fréquent et concerne près de 80% des jeunes mamans. En règle générale, ce mal-être disparaît au bout de 7 à 15 jours. Au-delà de cette période, l’affliction peut s’installer dans la durée, les crises d’angoisse sont alors plus intenses. Des problèmes de concentration et un sentiment persistant d’abattement submergent la personne concernée. Des douleurs physiques apparaissent également comme des maux de ventre et de tête. Les médecins parlent alors de dépression post-partum.

En France, environ 10 à 20 % des femmes sont touchées par cet état dépressif. La dépression post-partum peut survenir quelques mois après l’accouchement, aussi, l’entourage de la jeune maman doit être particulièrement vigilant pour déceler les premiers symptômes. Les changements biologiques ont une influence sur l’apparition de cette maladie, mais d’autres facteurs comme le manque d’argent, un déménagement ou une mauvaise estime de soi peuvent favoriser son développement. Des études ont montré que les pères peuvent également être touchés par une dépression post-partum.

Dès les premiers signes, il est impératif de consulter un spécialiste pour soigner cette maladie aux conséquences potentielles dramatiques pour la mère et l’enfant. En effet, une dépression post-partum peut conduire au suicide ou à l’infanticide. Un suivi psychologique associé à un traitement à base d’antidépresseurs est en général indispensable pour venir à bout de cette pathologie. Dans les cas les plus graves, une hospitalisation est nécessaire.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre