Voyage

Qu’est-ce que le Doggerland ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Voyage” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Cela peut paraître incroyable mais – avant d’être une île – l’actuelle Angleterre était reliée au continent européen, il y a quelques dizaines de milliers d’années.
Cette bande de terre, appelée “Doggerland”, est aujourd’hui immergée entre 15 et 36 mètres de fond et semble receler de nombreux vestiges témoignant d’anciennes installations humaines.

Le monde avant le réchauffement climatique

Il y a 18 000 ans, au début de l’holocène (la dernière époque de l’ère quaternaire), notre monde avait un tout autre visage qu’aujourd’hui.

En effet, au cours de cette période qui succédait directement au dernier âge glaciaire, le Rhin, la Tamise et la Seine étaient les affluents d’un même fleuve, dont le lit se trouve aujourd’hui sous la Manche de notre époque.

Des deux côtés des rives de ce fleuve gigantesque, de grandes étendues de terres reliaient les îles britanniques actuelles au reste du continent européen.

Désormais connue sous le nom de “Doggerland”, cette bande de terre s’étend sur une surface de 17 600 kilomètres carrés, immergée entre 15 et 36 mètres de fond.

Couramment surnommée “l’Atlantide de la mer du Nord”, ce grand territoire regorge de vestiges témoignant d’une occupation animale, mais aussi humaine puisque des chasseurs-cueilleurs y circulaient régulièrement.

Sous les eaux, des reliques fascinantes

Survenu il y a 10 000 ans, un net réchauffement climatique a déclenché une logique montée des eaux.

Ce bouleversement semble avoir occasionné un glissement de terrain du côté de la mer de Norvège (8000 avant notre ère), lequel aurait lui-même déclenché un tsunami gigantesque recouvrant tout sur son passage.

Ainsi, aux alentours de 5000 ans avant notre ère, la portion du Doggerland était sur le point d’être intégralement submergée.

Aujourd’hui témoins d’une luxuriance passée, des traces d’une forêt engloutie ont été découvertes à seulement 200 mètres de la côte nord-est de l’Angleterre.

De même, des morceaux de squelettes de rennes et de mammouth (dont un crâne vieux de 40 000 ans) sont régulièrement remontés à la surface par des pêcheurs.

Parmi les prises les plus surprenantes se trouve, toutefois, un os de bison sculpté, vieux de 13 500 ans.

Probablement travaillé par un chasseur-cueilleur (qui devait vivre dans un des villages de pêcheurs identifiés par les plongeurs), ce reliquat est – à sa manière – une précieuse œuvre d’art nous venant tout droit du passé.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre