Sciences

Qu’est-ce que le Concordski ?

concordski

S'abonner au podcast
En 1962 deux pays développent un projet commun d’avion supersonique dans le plus grands secret : la France et la Grande Bretagne. Trois ans plus tard on trouve dans les bureaux à Paris du patron de la compagnie soviétique Aeroflot, Sergei Pavlov, des plans du Concorde. Notamment ceux des freins et de la carlingue.

Pavlov est immédiatement expulsé.

Mais il a eu assez de temps pour transmettre ses plans à son pays. En 1968, c’est-à-dire 3 ans avant le Concorde, les russes inaugurent le Tupolev Tu-144. Sa ressemblance avec le futur Concorde est si frappante qu’il est surnommé “Concordski” par les journalistes.

Destiné à être utilisé par la compagnie Aeroflot, il peut emporter à une vitesse de plus de Mach 2 et à une altitude de 20 000 m plus de 100 passagers  sur une distance de 6000 km.

Malheureusement le Tupolev présente une faille de construction, peut-être due à l’interruption des travaux d’espionnage de Pavlov. Il s’écrase au-dessus de Goussainville, non loin de Gonnesse, pendant le salon du Bourget de 1973. Cela n’empêchera pas les soviétiques de mettre les appareils en service, initialement comme avions cargo et postaux.

Deux ans plus tard en 1977, une première ligne de Moscou à Alma-Ata (Kazakhstan) est ouverte aux passagers. Mais à nouveau un appareil s’écrase en 1978. Le Tu-144 est alors définitivement retirer pour les passagers. Il continua à être exploité pour le fret jusqu’en 1983.

L’exploitation commerciale du Conconrdski s’est donc résumée à 55 allers retours entre Moscou et Alma Ata et 3194 passagers transportés.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre