Histoire

Qu’est-ce que la technique de la sape ?

hist Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Histoire” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Méthode de siège particulièrement prisée avant l’invention des armes à feu, la sape consistait à détruire des fortifications (qu’il s’agisse d’une muraille, d’une forteresse ou d’un château fort), en ciblant leurs fondations. Pour ce faire, plusieurs méthodes étaient privilégiées par les assaillants.

Un travail minutieux

Les guerres de siège ont, pendant longtemps, représenté un élément incontournable des conquêtes martiales. Pour parvenir à se saisir d’un château ou à passer des murailles, les belligérants devaient faire usage de technique et d’inventivité.

L’une des méthodes les plus utilisées était la “sape”, un moyen pour détruire les fortifications ennemies qui pouvait prendre plusieurs formes différentes :

Celle qui est connue comme étant la plus ancienne à ce jour consistait à se poster au pied de la muraille, à en ôter une pierre, puis à creuser un trou pour y mettre des explosifs (ou simplement des matières inflammables). En étant incendié, l’édifice s’affaisser et finissait par s’écrouler. Plus tard, avec l’invention des canons, les murailles étaient directement la cible de boulets et de divers projectiles lancés pour les détruire.

Légère variante, le creusage d’un tunnel sous une muraille permettait d’y entreposer des explosifs et, ainsi, entraîner l’écroulement de l’édifice.

Les méthodes de défense

Face à de telles menaces, les cités assiégées devaient trouver des moyens de défense efficaces, capables de neutraliser le travail de sape.

Une méthode très simple et performante était de construire les fondations du fort sur un terrain rendant l’usage de la sape impossible. Il pouvait s’agir alors d’un endroit sablonneux, placé directement sur du roc, ou encore aux environs d’un marécage.

Ce sont ces observations qui ont conduit des seigneurs à construire leurs châteaux dans des zones très précises, comme (en Angleterre) à Pembroke (placé à proximité d’un fossé) ou Kenilworth (situé non loin de lacs artificiels, dont le rôle était d’imbiber la terre d’eau et – ce faisant – rendre difficile le creusement de galeries dédiées au travail de sape).

Faute d’avoir pris de telles dispositions, les défenseurs d’une cité pouvaient toujours creuser des tunnels de contre-sape, pour déboucher sur les galeries ennemies ou créer leur effondrement en entreposant du matériel inflammable.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre