Santé

Qu’est-ce que la syllogomanie ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Santé” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Une personne affectée par la syllogomanie va ressentir le besoin impérieux d’accumuler des objets de toutes sortes, souvent sans utilité apparente. Il s’agit souvent de livres, de vêtements, de sacs ou même de nourriture. La personne concernée éprouvera une grande réticence à se séparer de ces objets.

Ils envahissent peu à peu l’espace de vie, dans lequel il devient difficile de circuler. La personne se replie alors sur elle-même et limite peu à peu ses contacts. Elle peut aussi manifester des symptômes dépressifs.

Dans ses formes extrêmes, ce trouble peut être à l’origine d’incendies, ou de blessures, liées à un environnement devenu insalubre.

Les causes

La syllogomanie est considérée comme un trouble assimilé aux TOC (troubles obsessionnels compulsifs). Si la personne qui en souffre a du mal à se priver de tous ces objets, c’est d’abord pour des raisons sentimentales. Chaque objet évoque un souvenir, un moment heureux de l’existence.

Par ailleurs, cette incapacité à se débarrasser d’objets souvent inutiles tranquillise la personne et peut l’empêcher de ressentir de la culpabilité ou de la tristesse.

Conserver des objets, c’est aussi reculer l’échéance de la mort. L’immutabilité des objets, qui semble défier le temps, finit par déteindre sur la personne atteinte de syllogomanie. Ces choses qui ne changent pas la rassurent.

Les traitements possibles

La thérapie comportementale et cognitive semble de nature à atténuer les manifestations de la syllogomanie.

Il s’agit de faire prendre conscience au patient que des pensées déformées l’amènent à adopter un comportement inadéquat. Sur cette base, la thérapie peut commencer. Elle doit être progressive et conduire d’abord le patient à trier certains des objets qu’il accumule.

Si elle est réussie, cette première étape conduit le patient à changer sa perception des objets. La prise d’antidépresseurs spécifiques peut accompagner cette thérapie.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre