Économie

Qu’est-ce que la diplomatie de la canonnière ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Économie” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Échanges marchands et politique étrangère peuvent, à bien des égards, être considérés comme deux faces d’une même pièce. Par le passé, des grandes puissances ont même basé leur stratégie géopolitique sur des mesures de pression économique. La diplomatie de la canonnière en est un bon exemple.

Des coups de semonce dissuasifs

C’est bien connu, la géopolitique oscille souvent entre le « soft power » et le « hard power ». Et quand les mots ne suffisent plus, certains pays entreprennent de faire parler la poudre. C’est pour cela qu’au cours des siècles précédents, la canonnière était le symbole de la projection de puissance à l’étranger, pour de nombreuses nations européennes.

À vrai dire, le principe était simple : des États solvables prêtaient une certaine somme à des nations (souvent pourvues de comptoirs maritimes) en demande de ressources financières. Si ces dernières s’avéraient incapables de régler leurs dettes, elles recevaient littéralement des coups de canon depuis leur littoral, de la part de leurs créanciers.

Ainsi, en 1902 par exemple, le Venezuela (qui refusait de payer ses dettes) fut attaqué par l’Allemagne et le Royaume-Uni qui menaçaient d’employer la force pour le faire plier.

En réaction à cette diplomatie agressive, le juriste argentin Luis María Drago déclara « l’usage de la force pour recouvrer des dettes » comme étant illégal. Connu comme « la doctrine Drago », ce principe du droit international servit de base à la seconde convention de La Haye de 1907.

Une stratégie bien réfléchie

Jadis victime de la diplomatie de la canonnière (notamment durant les « guerres de l’opium »), la Chine use aujourd’hui de son grand pouvoir financier pour prendre l’ascendant sur des pays endettés.

Ainsi, dans une habile politique d’influence, l’« empire du Milieu » a racheté en 2016 – via « Cosco », un de ses fleurons maritimes – le très stratégique port du Pirée, laissé à la dérive par un État grec surendetté.

En jouant des difficultés financières de certains de ses « partenaires », la Chine place donc ses pions en pratiquant une « diplomatie de la canonnière » revisitée.

En effet, plutôt que d’être visés par des boulets de canons, les pays étranglés par leurs dettes n’ont alors pour meilleur choix que de vendre leurs biens les plus chers à la puissance montante asiatique.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre