Sciences

Quels sont les masques les plus efficaces ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Sciences” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
La pandémie actuelle de coronavirus a incité la plupart des gouvernements concernés à généraliser l’usage du masque de protection. À côté des masques habituellement utilisés par les milieux médicaux, sont apparus des masques artisanaux, de formes et de confection très diverses. Le degré d’efficacité de ces différents masques est variable.

Les masques médicaux

Il n’est guère étonnant que les masques utilisés dans le milieu hospitalier soient les plus efficaces pour protéger le porteur du masque, mais aussi les personnes rencontrées, contre les gouttelettes et les aérosols infectés.

Parmi ces masques médicaux, les masques N95 ou FFP2 sont ceux qui assurent la meilleure protection. Les premiers correspondent à une norme américaine, très semblable aux normes européennes qui encadrent la fabrication des seconds.

Ces masques filtrants réduisent la transmission de gouttelettes d’environ 95 % et même plus dans certains cas. Ils sont en principe réservés aux soignants.

Même s’ils se révèlent un peu moins efficace, les masque dits “chirurgicaux” protègent tout de même, de façon très satisfaisante, aussi bien leurs porteurs que les personnes qu’ils rencontrent des projections liquides expirées par les uns et les autres.

Les masques artisanaux

Face à la pénurie initiale de masques médicaux, dans certains pays, on a vu proliférer les masques artisanaux, fabriqués dans les conditions les plus diverses et avec les matériaux les plus variés.

Les chercheurs ont fait des essais destinés à mesurer l’efficacité de ces différents masques. Il ressort de ces tests que les masques artisanaux les plus efficaces sont faits d’un coton tissé de façon très serrée.

La protection est renforcée si l’on y ajoute deux ou trois épaisseurs de mousseline ou de soie. En revanche, les masques ne comportant qu’une seule couche de tissu vont laisser passer plus de particules infectées. Si le tissu, ou plutôt la maille qui le constitue, est épais, il représente une barrière un peu plus efficace.

Ce n’est pas le cas des bandanas ou des foulards. Non contents d’offrir une protection très limitée contre le virus, certains de ces masques improvisés, comme les écharpes de laine, auraient même tendance à augmenter le nombre de gouttelettes expulsées.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre