Santé

Quels organes est-il possible de donner ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Santé” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
La première transplantation a eu lieu en 1967 en Afrique du Sud. Le cœur d’un homme malade a été remplacé par un organe sain par le professeur Christiaan Barnard. Le patient n’a survécu que 18 jours mais cette prouesse médicale a permis d’ouvrir de nouvelles perspectives thérapeutiques.

Le don de certains organes ou tissus n’est possible qu’à la mort du donneur. Aujourd’hui, il est possible de greffer de nombreuses parties du corps. Le cœur et les poumons sont les deux organes les plus transplantés après le décès du donneur, mais il est également possible de prélever le pancréas et des parties de l’intestin. Aujourd’hui, les techniques chirurgicales permettent également de greffer des os, des veines, des tendons ou encore des ligaments. Le globe oculaire n’est jamais transplanté, seule la cornée est prélevée pour être donnée à des personnes atteintes de cécité.

Les personnes en vie peuvent également donner un organe non vital. Toutefois, le donneur doit obligatoirement avoir plus de 18 ans, être en bonne santé et avoir un lien parental ou affectif avec le receveur. Le don ne doit pas faire l’objet d’une transaction financière. Le rein est l’organe le plus donné, la transplantation du rein représente 61,9% des interventions.

En France, sur près de 3 500 greffes de rein ont été réalisées en 2015 dont 500 provenaient d’un donneur vivant. Il est également possible de prélever un morceau d’un foie pour le greffer à un malade, car cet organe a la particularité de pouvoir se régénérer. Toutefois, toutes ces opérations comportent un risque pour le receveur mais également pour le donneur.

À sa mort, il est possible de donner son corps à la science. Cette démarche doit être faite de son vivant et elle est possible pour tous les adultes quel que soit leur état de santé physique. Le corps sera alors mis à la disposition des écoles de médecine pour que les futurs médecins puissent par exemple s’exercer à pratiquer les gestes chirurgicaux nécessaires à leur apprentissage.

Aujourd’hui, 5 901 greffes ont été réalisées en France en 2019 selon les chiffres de l’Agence de la biomédecine (ABM). Mais chaque année, entre 500 et 600 malades meurent faute d’avoir pu trouver un donneur compatible. En France, chaque individu est considéré comme un donneur potentiel. Toutefois, il est possible de s’opposer aux prélèvements de ses organes ou tissus en s’inscrivant sur le registre national des refus ou en manifestant son opposition à ses proches.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre