Culture G.

Quelle est l’origine (étonnante) du Baba au rhum ?

Abonnez-vous au podcast “Culture Générale” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.

Vous connaissez surement cette célèbre pâtisserie. Mais saviez-vous qu’elle est née d’une erreur ?

C’est le Français Nicolas Stohrer qui l’aurait inventée au 18e siècle. Il est alors apprenti pâtissier et travaille dans les cuisines d’un roi, plus précisement le roi de Pologne, Stanislas Leszcynski, qui se trouve alors être en exil en Alsace.

De France il avait emporté une brioche destinée au roi. Mais pendant le voyage elle s’est déssèchée. Ne pouvant la servir ainsi, il décide de l’arroser d’un vin doux produit en Andalousie, le Malaga et de la parfumer au safran. Devenue présentable (et surtout comestible) il la fourre de crème pâtissière et de raisins secs.

Le roi Stanislas adore le dessert qui lui est servi. Mais il faut lui trouver un nom ! Il se trouve qu’à ce moment là, il lit Les Contes des Mille et une nuits. Le roi lui-même décide donc de baptiser ce gâteau l’Ali-baba.

D’ailleurs il évoque le “baba” dans une de ses lettres adressée à Sophie Volland en 1767. Le Baba connaîtra ensuite un grand succès au 19e et 20e siècles.

Mais comment ce gâteau parvient-il jusqu’en France ? En 1725 la fille du roi, Marie Leszcynska, se marie avec Louis XV. Or notre pâtissier la suit à Versailles. Et quelques années plus tard, il ouvre à Paris sa propre pâtisserie au 51 rue Montorgueil (dans le 2e arrondissement). Il s’agit d’ailleurs de la plus ancienne pâtisserie de Paris. Elle est partiellement inscrite aux monuments historiques.

Mais depuis cette époque la recette a quelque peu évolué. La crème pâtissière est souvent remplacée par de la crème chantilly, et le Malaga par du rhum. D’où son nom de Baba au rhum.

En 1836, les Monsù (des chefs-pâtissiers de la noblesse napolitaine) importe le Baba au Rhum dans la ville de Naples. La recette de ce dessert apparait alors pour la première fois dans un manuel de cuisine italien, et lui attribue une origine napolitaine, ce qui, vous le savez désormais, complètement faux.

Un dernier mot sur la pâtisserie Sthorer. Un autre spécialité de la maison est le puits d’amour dont la première recette date de 1735. Selon la légende, Louis XV offrait à ses nombreuses maitresses ce petit gâteau comme preuve d’amour. Nicolas Stohrer modifia quelque peu la recette en garnissant le feuilletage d’une crème pâtissière à la vanille, en recouvrant le dessus d’une épaisse couche caramélisée obtenue au fer rouge.

Source

1 commentaire

1 commentaire

  1. bertrand

    24 février 2020 at 9 h 35 min

    stanislas habitait la lorraine : nancy-lunéville… et non l’alsace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre