Histoire

Quelle est la date de mort des soldats tombés le 11 novembre 1918 ?

hist Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Histoire” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Mourir le jour de l’armistice, voilà qui pourrait avoir un goût amer chez les familles des victimes. C’est précisément pour éviter cette douloureuse situation que l’état-major français a déclaré la disparition des poilus tombés le 11 novembre 1918, comme étant survenue la veille de la fin des combats.

La guerre tue jusqu’à son terme

11 novembre 1918 : Il est 11 heures du matin, la sonnerie du clairon annonce la signature d’un cessez-le-feu.
Un peu avant, à 5h15, l’armistice avait été signée dans un wagon situé à Rethondes dans l’Oise.

La France et l’Allemagne convenaient donc de la fin des hostilités et, ce faisant, du terme de la Première Guerre mondiale.

Malheureusement, en ce dernier jour de combat, on meurt encore sur le champ de bataille. Augustin Trébuchon, par exemple, est le dernier poilu à être officiellement mort pour la France. Fauché à 10h50, il annonçait la soupe à ses camarades.

Il s’agissait là en fait de la dernière victime de la dernière bataille. Celle déclenchée le 9 novembre, à Vrigne-Meuse, par le Maréchal Foch.

Un hommage tardif

Alors que les deux parties négocient en vue de la signature d’un armistice, le commandement français entend maintenir la pression sur son rival allemand.

Ainsi, 1200 hommes sont envoyés franchir la Meuse, pour y déloger la garde prussienne qui s’y trouve.
En l’espace de deux jours, ce sont 96 soldats qui rendent l’âme (tandis que 200 seront déclarés blessés).

Malgré leur sacrifice héroïque, ces combattants de la dernière offensive ne sont pas inclus dans les commémorations faites par le gouvernement français de l’époque. Pour l’état-major, il s’agissait évidemment de ne pas remuer le couteau dans la plaie des proches des victimes.

Dans le même esprit,les soldats tués le 11 novembre sont déclarés comme étant morts un jour plus tôt.
Ainsi, sur les tombes de beaucoup de soldats tombés à Vrigne-Meuse figurait l’inscription “10 novembre”.

Il faudra finalement attendre 10 ans après la guerre, pour que la vérité soit faite sur cet épisode de l’Histoire.
Les combattants de Vrigne-Meuse bénéficieront, alors, de la construction d’un monument aux morts rappelant leur sacrifice.

1 commentaire

1 commentaire

  1. Dewez

    12 novembre 2020 at 19 h 56 min

    Bonjour
    Je voudrais revenir sur la Mort tragique de ce Pauvre Augustin Trébuchon,
    il aurait bien été “fauché” comme vous l écrivait dans votre article
    mais Il aurait reçu une balle dans la tête alors qu’il portait un message à son capitaine
    et René Richard, spécialiste de la guerre de 1914-1918 et président de l’association « Bretagne 14-18 », a mis au jour en 2017 le décès d’un autre combattant, mort à 10 h 58, soit trois minutes après Trébuchon, qui ne serait donc pas le dernier poilu mort au combat. Il s’agit d’Auguste Joseph Renault (Source Wikipedia)
    ceci n enlève pas la bonne décision de redonner cette infos il ne faut pas que cette période si tragique tombe dans les oubliettes. Bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre