Histoire

Quel est le “Titanic français” ?

hist Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Histoire” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Bien moins connu que celui du Titanic, le naufrage du paquebot “Afrique” a tout de même causé la mort de 570 personnes, dont 200 tirailleurs sénégalais. Même s’il s’agit d’une des plus grandes tragédies maritimes de l’histoire française, ce drame – survenu le 12 janvier 1920 – a, en effet, été occulté par l’élection présidentielle qui avait lieu simultanément.

Un paquebot monumental

Construit en 1907, le paquebot Afrique était – en son temps – un des fleurons de la marine française, servant aussi bien au transport de marchandises que de passagers.

Mesurant près de 120 mètres de longueur et 15 mètres de largeur, le vaisseau était divisé en 14 compartiments étanches ; l’ensemble étant propulsé par deux machines à vapeur à triple expansion.

Comme son nom pouvait l’indiquer, le paquebot acheminait de la marchandise dans de nombreux ports d’Afrique-Occidentale française tandis que sa ligne de croisière était Bordeaux-Dakar-Tenerife.

Ainsi, fort de son succès, l’Afrique débute son 58ème voyage (après 5 semaines dévolues à des travaux d’entretien de grande envergure) le vendredi 9 janvier 1920.

Après avoir quitté les quais bordelais, il met le cap sur Dakar et ses comptoirs coloniaux, avec un demi-millier de passagers à bord.

Un naufrage épouvantable

À peine lancé, le paquebot connaît de graves soucis qui mettent en péril sa navigation.

En effet, dès le samedi 10 janvier, les mécaniciens font la découverte d’une voie d’eau, au moment où le navire remonte la Gironde.

L’eau montant, le capitaine prévoit de faire une halte à la Rochelle, pour y faire réparer le bateau et débarquer les passagers.
Malheureusement pour l’ensemble de l’équipage, une tempête empêche la réalisation du plan, en plus d’inonder les cales.

Ainsi, au lundi 12 janvier, les machines sont submergées, ce qui entraîne l’arrêt successif des deux moteurs.

Privé d’électricité, le bateau dérive alors vers le plateau de Rochebonne, au large des Sables-d’Olonne.
Face aux vagues impressionnantes (certaines atteignent 14 mètres de hauteur), les passagers refusent de monter à bord des canots.

Isolée en pleine mer, l’Afrique sombre finalement dans la nuit du 12 au 13 janvier après avoir été heurtée par un bateau-phare.

Sur la totalité de l’équipage, on ne compte qu’une trentaine de survivants (principalement des officiers de la marine).

Malgré l’ampleur de la catastrophe, le sort des victimes importe peu la société française, marquée par la guerre, dont l’attention est accaparée par les élections présidentielles.

Cette anomalie pourrait être corrigée par l’organisation de commémorations, à l’occasion du centenaire de ce naufrage.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre