Voyage

Pourquoi Venise réduit le nombre de passagers dans les gondoles ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Voyage” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Les célèbres gondoles, qui sillonnent les eaux des canaux de Venise, embarqueront désormais moins de passagers. Cette mesure, prise par la municipalité de la Sérénissime, est liée au profil actuel des visiteurs, mais aussi aux conditions du trafic sur les canaux.

Des touristes de poids

Depuis juillet 2020, le nombre de passagers pouvant monter à bord des gondoles de Venise a été modifié. Les autorités municipales ont décidé que cinq personnes, au lieu de six jusqu’à présent, pourraient trouver place à bord des gondoles traditionnelles, dites “da nolo”.

Quand aux grandes gondoles de parade, qui embarquaient jusqu’à quatorze passagers, elles ne pourront plus en accepter que douze. Elles sont utilisées pour traverser le Grand canal.

Si la mairie a dû se résoudre à appliquer ces restrictions, c’est que les touristes, souvent plus corpulents, sont devenus trop lourds. Leur poids moyen se serait accru, provoquant parfois l’enfoncement du bateau.

Sous le poids de leur cargaison humaine, certaines embarcations auraient même pris l’eau. Enfin, les gondoles, lourdement chargées, seraient trop difficiles à manœuvrer. Dès lors, la navigation sur les eaux vénitiennes deviendrait dangereuse pour le pilote et ses passagers.

Des eaux très agitées

Cependant, la décision de la municipalité n’est pas seulement due aux habitudes alimentaires de touristes friands de plats copieux et peu portés sur l’exercice physique.

Elle s’explique aussi par la présence, sur les eaux vénitiennes, de bateaux à moteur toujours plus nombreux. Entre les bateaux taxis et les “vaporetti”, qui transportent de nombreux visiteurs, et les embarcations chargées de marchandises, le trafic est très intense, surtout à certaines heures de la journée.

Souvent pressés, les touristes préfèrent souvent un bateau rapide à la marche à pied pour découvrir la cité des doges. Pour couronner le tout, la plupart des pilotes de ces embarcations ne montrent qu’un respect relatif pour les limitations de vitesse.

Aussi, les gondoliers, qui doivent se faufiler entre les bateaux à moteur, et éviter les remous provoqués par leur sillage, ont-ils de la peine à naviguer sur ces eaux agitées. C’est pourquoi ils préfèrent alléger la charge de leurs bateaux en embarquant moins de passagers.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre