Célébrités

Pourquoi surnommait-on Ernesto Guevara « le Che » ?

Abonnez-vous au podcast “Célébrités” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Certaines personnalités sont plus connues sous un pseudonyme que sous leur véritable identité. C’est notamment le cas d’Ernesto Guevara, bien plus communément appelé le « Che ». Mais d’où vient donc cet étrange surnom ?

Le surnom d’une icône

Un visage barbu, une chevelure abondante et un regard franc – déterminé – surmonté d’un béret au centre duquel se trouve une étoile mise en évidence : le portrait du « Guerrillero Heroico » est connu de tous.
Réalisé par le photographe cubain Alberto Korda, ce cliché met bien en valeur l’icône révolutionnaire Ernesto Guevara ; bien plus connue sous le surnom du « Che ».

Simple militant marxiste à l’origine, l’Argentin a su se faire un nom… ou plutôt un surnom, pour ses faits d’armes réalisés au cours de la révolution cubaine.

Mais pourquoi donc utilisait-on cette étrange syllabe pour le désigner ?

Un Argentin à Cuba

Appelé « fuser » (une contraction de « furibundo » (« furibond ») et de « Serna » ; le nom de famille de sa mère) quand il n’était encore qu’un jeune joueur de rugby, Ernesto Guevara se voit affubler d’un autre surnom après avoir quitté le territoire argentin.

Perçu comme un « gaucho » (une sorte de cow-boy souvent associé, par cliché, à l’Argentine), lorsqu’il se rend dans le reste de l’Amérique latine, le militant marxiste – qui commence doucement à se faire connaître – est rapidement réduit à ses origines… et à son accent !

En effet, dans un espagnol rioplatense caractéristique, le natif de Rosario se distingue – entre autres – par des tics de langages qui amusent ses auditeurs.

Parmi ses nombreuses expressions, l’interjection « Che ! » (souvent utilisée pour dire « hé mec ! » ou « hé toi ! » par les Argentins) retient notamment l’attention de plusieurs de ses camarades.

Ainsi, après s’être fait remarquer au Mexique, Ernesto Guevara – arrivé à La Havane – est pris en affection par ses camarades cubains, dont Antonio Nico Lopez qui serait à l’origine du fameux surnom aujourd’hui attribué au guerrillero.

Flatté par cette attention, « El Comandante » acceptera volontiers son nouveau « nom de guerre » ; au point de se faire connaître sous celui-ci, lorsqu’il réalisera ses nombreux faits d’armes, pour le compte de la révolution cubaine.

Une manière amusante d’assumer ses origines, en pays étranger.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre