Célébrités

Pourquoi Raspoutine avait-il une telle aura mystique ?

Abonnez-vous au podcast “Célébrités” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Éminence grise du Tsar Nicolas II, Grigori Efimovitch Raspoutine a aussi bien fasciné de son vivant qu’à titre posthume. À son crédit, le religieux mystique – venu tout droit de Sibérie – a un parcours aussi opaque que tortueux (conclu par une mort pour le moins incroyable).

De même, les prédictions que Raspoutine avaient formulées auprès de la famille impériale des Romanov ont produit un certain écho ; avec le déroulement dramatique de la Révolution russe.

Un mystique venu de loin

Né entre 1860 et 1870, dans une famille de paysans du village de Pokorvskoïe (en Sibérie occidentale), Grigori Efimovitch Raspoutine n’avait pas vraiment hérité d’une situation aisée pour l’aider à parvenir jusqu’aux palais de la famille impériale russe.

Pourtant, l’homme qui se présentait comme un mystique est bel et bien arrivé à ses fins ; en exerçant notamment une profonde influence sur la politique impériale russe (et en jouissant également de nombreux avantages – en nature – auprès des femmes gravitant autour du Tsar).

Son parcours de jeunesse, à vrai dire, n’est pas facile à cerner. Après des années de contemplation religieuse, Raspoutine (alors jeune homme) se serait livré à de l’érémitisme ; avant de rejoindre une secte russe : celle des « khlysts » (dont les membres se flagellaient régulièrement – en plus de se livrer à de la débauche – pour « vaincre leurs pêchés »)

De ses années d’errance, Raspoutine gardera toutefois un certain bagou qui l’amènera notamment à se présenter comme un guérisseur.

Une aura irrésistible

Arrivé à Saint-Pétersbourg – la ville impériale – en 1905, l’homme au regard pénétrant entend initier le Tsar à la « véritable âme russe ». 

Se présentant comme un guérisseur, l’humble provincial soigne, par ailleurs, le jeune tsarévitch Alexis qui souffrait alors d’hémophilie. De cette manière, Raspoutine gagne la confiance de la couronne.

S’en suivent alors plusieurs années marquées par de l’entrisme et des jeux d’influences qui donnent à Raspoutine un rôle majeur dans la politique russe. Entouré de nombreuses amantes, le mystique agace toutefois de nombreuses personnes de la cour impériale.

En outre, il est également dans le collimateur des services secrets britanniques (qui voient en lui un frein à la politique belliciste russe ; censée précipiter le Tsar dans une guerre qui serait profitable aux puissances occidentales).

C’est donc à ce titre que Raspoutine est ciblé par plusieurs assassinats. Piégé dans un guet-apens, le mystique est finalement attaqué dans la nuit du 16 au 17 décembre 1916 (calendrier julien).
Il faut toutefois plus d’une balle pour venir à bout du Sibérien.

En effet, celui-ci ne rend l’âme qu’après avoir été – successivement – empoisonné au cyanure de potassium, criblé de trois balles de revolver, puis jeté dans la Neva glacée.

Après l’annonce de sa mort, deux rumeurs feront principalement parler de lui : la taille démesurée de son sexe (32 centimètres selon les estimations les plus folles) et la prédiction qu’il aurait livrée à la Tsarine, avant sa mort : « Je mourrai dans des souffrances atroces. Après ma mort, mon corps n’aura point de repos. Puis tu perdras ta couronne. Toi et ton fils vous serez massacrés ainsi que toute la famille. »…

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre