Histoire

Pourquoi Marie Marvingt fut une femme d’exception ?

hist Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Histoire” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Pionnière de l’aviation, la Française Marie Marvingt était surnommée “la fiancée du danger” par ses contemporains. Cependant, voler n’était pas son seul atout, puisque la jeune femme était également une infirmière, une journaliste, une sportive, une inventrice, et une alpiniste… le tout, dans la même vie.

Une véritable soif d’apprendre

Marie Marvingt naît à Aurillac, le 20 février 1875. Seule fille d’une fratrie de cinq enfants, dont quatre meurent en bas âge, la jeune demoiselle est – très tôt – initiée à plusieurs disciplines sportives (telles que la natation, l’escrime, l’équitation et le canoë), par son père.

Ainsi, après la mort de sa mère, Marie Félicie Élisabeth se dévoue pleinement à la pratique de disciplines habituellement masculines et finit par devenir, en 1899, l’une des premières femmes titulaires du permis de conduire.

Au Cirque Rancy, elle apprend également les arts du cirque, comme le funambulisme et le trapèze ; tout en poursuivant des études qui débouchent sur une licence de Lettres et un diplôme d’infirmière de la Croix Rouge.

Loin d’être rassasiée, Marie Marvingt ne dort que quatre à cinq heures par nuit. Elle refuse, en outre de se marier et d’avoir des enfants. À la place, la jeune femme passe, et obtient, son brevet de pilote de ballon libre.

Les femmes n’étant pas autorisées à porter un pantalon, elle invente même une jupe-culotte conçue pour lui rendre facile le pédalage.

Une pluie de records

La suite du parcours de Marie Marvingt est marquée par de nombreux exploits, aussi excentriques qu’inattendus.

Ainsi, en 1908, la demoiselle veut prendre part au Tour de France cycliste, mais se retrouve confrontée à un refus (la compétition étant officiellement interdite aux femmes). Malgré tout, Marie prend le départ quelques minutes après les hommes et parvient à terminer la course, à l’instar de 36 coureurs (sur 114 présents au départ).

De même, entre 1908 et 1910, la Française rafle plus de 20 médailles d’or en ski, patinage artistique et patinage de vitesse, lors de compétitions organisées à Chamonix.

Loin de l’intimider, la Première Guerre mondiale est également le théâtre de certains de ses exploits. Ainsi, après un refus de l’armée de l’engager dans l’aviation, Marie Marvingt se déguise en homme et intègre le 42e bataillon de chasseurs à pied.

Après la guerre, l’aviatrice se mue en journaliste et en soignante officiant dans l’aviation sanitaire.

À sa mort (en 1963), celle qu’on surnommait “la fiancée du danger” sera ainsi la femme la plus décorée de l’histoire de France (avec un total de 34 médailles et décorations)

Un record qui tient encore et qui ne semble pas près de tomber.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre