Culture G.

Pourquoi les adolescents sont-ils mous ?

Abonnez-vous au podcast “Culture Générale” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Loin de moi l’idée de vouloir faire une généralité ! Certains adolescents sont bien plus actifs que des adultes. C’est certain. Mais il est vrai aussi qu’on peut, sans je l’espère vexer personne, souligner qu’une partie des adolescents a une certaine tendance à la mollesse, disons à l’exercice modéré de toute forme d’activité trop énergique !

Une preuve me direz-vous ? Un chiffre de l’OMS. Selon cette organisation il faudrait faire au moins une heure d’activité physique «modérée à intense» par jour. Or 81% des adolescents ne le font pas. 85% chez les filles, 76% chez les garçons.

Selon l’OMS: «Un mode de vie physiquement actif pendant l’adolescence est bon pour la santé, rappelle l’OMS. Il améliore la forme cardiorespiratoire et musculaire ainsi que l’état des os et la santé cardiométabolique, et a des effets positifs sur le poids. Des données de plus en plus nombreuses tendent aussi à indiquer que l’activité physique améliore le développement cognitif et la socialisation. Les éléments dont nous disposons aujourd’hui laissent penser qu’une grande part de ces effets continuent de se faire ressentir à l’âge adulte.»

Comment expliquer cette mollesse adolescente ? Si on met de coté la sempiternelle explication liée aux téléphones portables, ou aux jeux vidéos, il existe des causes liées aux changements opérés dans leurs organismes. La puberté est ainsi une période du développement du coprs durant laquelle il est littéralement inondé d’hormones.

Jugez plutot, chez les filles le taux d’œstrogènes est multiplié par 40, et chez les garçons le taux de testostérone l’est par 60. Donc les hormones sexuelles s’affolent, et cela fatigue les corps !

Des hormones auxquelles il faut ajouter l’hormone de croissance, dont les pics de prodution se déroulent le soir, ce qui peut expliquer une plus grande mollesse le matin ou en journée.

Mais ce n’est pas tout. La production de la mélatonine est retardée. Ce qui fait l’endormissement a lieu plus tard, alors que le réveil pour aller à l’école n’est pas, lui, décalé. D’où une fatigue.

Enfin pour grandir un adolescent doit avaler entre 3.000 à 3.500 calories par jour, contre seulement 2000 pour un adulte. Il lui faut donc dépenser beaucoup plus d’energie pour les absorber.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre