Santé

Pourquoi le tabac est un faux-ami du sommeil ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Santé” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
En allumant une cigarette, le soir, le fumeur peut éprouver une sensation de détente. Mais cette impression est trompeuse. L’usage du tabac aurait plutôt tendance à perturber le sommeil.

Une horloge biologique déréglée

Le tabac ayant un effet anxiolytique, fumer une cigarette avant d’aller se coucher peut procurer une fausse impression de calme et de relaxation. En réalité, l’action du tabac perturbe le sommeil.

Plusieurs études ont comparé le sommeil des fumeurs avec celui des non fumeurs. Dans certains cas, les membres de chaque groupe ont rempli un questionnaire portant sur leurs habitudes de sommeil. Les réponses ont notamment permis de mesurer le degré de dépendance au tabac des fumeurs.

D’autres facteurs ont été pris en compte, comme les habitudes alimentaires ou la consommation d’alcool. Ces études ont conclu à un lien probable entre l’usage du tabac et la mauvaise qualité du sommeil.

Les médecins ont en effet constaté que la fumée de cigarette gênait l’action de certaines protéines, qui jouaient un rôle dans le fonctionnement de l’horloge biologique. Le dérèglement de ce mécanisme essentiel au sommeil entraîne une succession de mauvaises nuits.

D’autres effets sur la qualité du sommeil

Le tabac peut perturber le sommeil d’une autre manière. Il favorise en effet l’apparition de l’apnée du sommeil, pouvant même provoquer ce que les médecins appellent le syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS).

Il s’agit d’un relâchement des muscles de la langue et du pharynx, qui empêche l’air de passer et arrête la respiration durant quelques secondes. L’usage du tabac entraîne à la longue une inflammation et même un œdème des voies respiratoires. Cette situation favorise les ronflements, qui sont souvent un prélude à l’apnée du sommeil.

Les fumeurs peuvent être sujets à d’autres troubles du sommeil. Certains sont victimes d’hypoxémie nocturne, qui se traduit par une diminution de la quantité d’oxygène transportée par le sang.

Des effets positifs sur le long terme

Dans un premier temps, l’arrêt du tabac peut gêner le sommeil. Il ne faut cependant pas s’arrêter à ces symptômes classiques du sevrage. Avec le temps, les nuits de l’ancien fumeur finiront par retrouver un rythme apaisé.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre