Histoire

Pourquoi la Malinche est controversée ?

hist Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Histoire” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Personnage à la destinée peu commune, La Malinche est un des symboles notables de l’histoire du Mexique.

Cette jeune aztèque a, en effet, connu une trajectoire sinueuse l’ayant menée de riche héritière à captive, pour enfin devenir l’interprète et la compagne de Hernán Cortés, durant son expédition dans les territoires amérindiens de l’Amérique centrale.

Un parcours aussi palpitant que controversé, puisque sa relation avec les colons espagnols a considérablement terni sa réputation auprès des populations indigènes.

Une vie mouvementée

Née entre 1501 et 1505 dans la région de Veracruz (au sud du Mexique), Malinali Telepal – plus connue sous les surnoms de “La Malinche”, “Malinizin” ou “Doña Marina” – passe son enfance au sein d’une riche famille aztèque.

Très jeune, néanmoins, elle est frappée par la mort de son père, le seigneur de Paynala ; un événement qui affectera toute sa vie. Alors qu’elle était l’aînée de la famille, Malinali devient, en effet, gênante aux yeux de sa mère, lorsque celle-ci se remarie et donne naissance à un fils.

La jeune fille est, de ce fait, cédée à des Mayas, marchands d’esclaves de la région de Xicalango, avant d’être vendue à un riche seigneur de l’État de Tabasco.

Malinali devient alors couturière en compagnie d’autres femmes locales, ce qui développe son aptitude pour les langues. Ainsi, en plus de son idiome d’origine (le nahuatl), la demoiselle apprend également plusieurs dialectes mayas : des langues qui lui serviront dans le reste de son parcours.

L’arrivée des conquistadors apporte, en effet, un nouveau bouleversement dans la vie de la couturière.

Un symbole ambigu

À la tête de 600 hommes, le conquérant Hernán Cortés prend la ville de Potonchan et réduit sa population en captivité. Après quelques tentatives de résistance, les Mayas finissent pas céder et, en gage de paix, offrent 20 jeunes filles aux nouveaux venus.

Malinali fait partie du lot ; elle est confiée à un ami de Cortés, nommé Hernandez Portocarrero.
Devenue catholique et désormais baptisée “Marina”, la jeune aztèque accompagne dès lors les armées espagnoles dans toutes leurs expéditions.

C’est au cours de ces excursions qu’elle s’illustre en tant qu’interprète de talent, une aptitude qui la fait progressivement monter en grade auprès des colons.

Ainsi, après avoir appris l’espagnol, celle que l’on surnomme désormais “La Malinche” sert d’interprète entre Cortés et l’empereur aztèque Moctezuma, dans ce qui s’apparente aux premières manœuvres de colonisation de Tenochtitlan.

Devenue la maîtresse de Cortès, Marina accouche d’un garçon nommé Martin en 1521, avant d’épouser Juan Jaramillo en 1521, tandis que les expéditions espagnoles se poursuivent dans les territoires de la région.

La suite de sa vie est un mystère, aucune source ne permettant de déterminer si elle a succombé à un meurtre ou à une épidémie.

Symbole de la trahison et du premier métissage entre indigènes et colons hispaniques, La Malinche reste, depuis, la figure ambivalente d’une nation mexicaine aussi meurtrie que métissée.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre