Voyage

Pourquoi la cathédrale de Gand (Belgique) est unique ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Voyage” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Des archéologues viennent de découvrir, sous la cathédrale Saint-Bavon de Gand, des murs composés d’ossements humains. Même si certaines hypothèses sont avancées, l’origine de ces constructions macabres reste assez mystérieuse.

De curieux murs

Sous la cathédrale de Gand, en Belgique, des archéologues ont donc mis au jour des murs entiers qui ont provoqué leur étonnement. En effet, ces murs n’étaient pas faits de briques ou de pierres, mais d’os humains.

Les ossements eux-mêmes ont été datés de la fin du XVe siècle. C’est au XVIIe ou au XVIIIe siècle qu’ils auraient été utilisés pour bâtir les murs. Il semble que leurs constructeurs aient préféré certains os à d’autres.

Les archéologues ont en effet surtout trouvé des os de la cuisse, comme des fémurs, ainsi que des tibias. Ils ont également relevé la présence de crânes, qui servaient, en quelque sorte, à obstruer les trous des murs.

Ces os longs étaient sans doute plus faciles à manipuler. C’est peut-être la raison pour laquelle on ne trouve pas, dans ces murs, d’ossements d’enfants. Fragiles et trop menus, ils n’auraient guère pu être utilisés pour édifier ces constructions.

Aucune autre sélection ne semble avoir été opérée dans le choix des os. Aussi, trouve-t-on aussi bien des ossements appartenant à des hommes ou à des femmes, âgés ou plus jeunes.

Une origine discutée

L’origine de ces murs d’ossements n’est pas connue. Des explications sont pourtant avancées par les archéologues.

L’endroit où ils ont été découverts correspond à l’emplacement d’un ancien cimetière. Comme tous les lieux de sépulture, celui-ci a dû se trouver, à un moment donné, à la limite de ses capacités.

Pour pouvoir inhumer d’autres corps, il a donc fallu retirer les ossements des plus anciennes tombes. Et il n’était pas question de les jeter. Ces restes mortels faisaient, en effet, et font toujours, l’objet d’un véritable respect.

Dans la tradition chrétienne, la dépouille d’une personne revêt en outre une extrême importance. Selon cette religion, ce sont les corps qui, le moment venu, doivent ressusciter. Dans cette perspective, il est essentiel de conserver précieusement tous les restes des personnes décédées.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre