Histoire

Pourquoi la brigade nazie Dirlewanger est célèbre ?

hist Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Histoire” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Dirigée par Oskar Dirlewanger (un SS allemand), la brigade Dirlewanger s’est illustrée de la pire des manières au cours de la Seconde Guerre mondiale. Composée de braconniers, de repris de justice et de prisonniers de guerre, celle-ci était, en effet, l’une des divisions SS les plus sanguinaires de la guerre ; en ayant notamment commis de nombreux crimes à l’arrière du front de l’Est.

Un chef au sombre parcours

Chef d’une division de SS, au cours de la Seconde Guerre mondiale, Oskar Dirlewanger est un individu au parcours aussi sombre que particulier.

Contrairement à bon nombre de ses contemporains, ce vétéran de la Première Guerre mondiale avait, en effet, beaucoup apprécié son expérience au front, et ce, en dépit de ses véritables séquelles physiques (il est déclaré invalide à 40%, en ayant le bras et le poignet gauche quasi-paralysés).

Par ailleurs, durant l’entre-deux-guerres l’ancien lieutenant sombre dans l’éphébophilie en ayant des relations sexuelles avec une adolescente de 14 ans (il est condamné en 1934).
Ce détournement de mineure lui vaut deux ans de prison, ainsi qu’une très mauvaise réputation au sein du parti nazi (qu’il a rejoint en tant que SA, en 1923).

Malgré tout, son expérience du combat est perçue comme étant précieuse par les dirigeants de la SS qui se demandent, dès le début de la Seconde Guerre mondiale, comment utiliser un tel marginal à leurs profits.

Chaos et abominations

Malgré sa sulfureuse réputation, Oskar Dirlewanger bénéficie de la protection de Gottlob Berger (le responsable du bureau central de la SS).

Ainsi, lorsque la création d’une unité anti-partisans (des résistants communistes) devient nécessaire, ce dernier propose un plan bien précis : la dite-division serait composée de repris de justice et son commandement serait assuré par l’expérimenté Dirlewanger.

Créée en 1940, cette “36e Waffen-Grenadier-Division de la SS” a pour objectif officiel de “sécuriser les arrières du front de l’Est”.

Dans les faits, cette unité – composée de braconniers, de prisonniers de droit commun et de prisonniers politiques – commet un nombre incalculable d’atrocités (pillages, viols collectifs, assassinats) sur les populations civiles, notamment celles de Biélorussie.

Lorsque la guerre se termine, on dénombre alors 60 000 personnes sauvagement assassinées par cette division. Touchée par une baisse nette des effectifs, cette dernière est, toutefois, définitivement anéantie par la capture de Dirlewanger, en mai 1945.

Emprisonné dans le camp de prisonniers d’Altshausen, le commandant est, quant à lui, finalement battu à mort par ses codétenus, un jour avant la signature de l’armistice.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre