Histoire

Pourquoi fumer fut obligatoire à Londres ?

hist Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Histoire” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Extrêmement dévastatrice, l’épidémie de peste bubonique qui frappa Londres, au XVIIe siècle, fit près de 100 000 victimes. Désemparées face à sa propagation, les autorités britanniques eurent alors une idée peu commune : celle de rendre le tabagisme obligatoire, même chez les écoliers ; le tabac étant alors considéré comme un médicament naturel, efficace face à ce fléau.

Londres frappée par la peste

En 1665, une grande épidémie de peste bubonique frappe l’Europe et, notamment, la ville de Londres.

Probablement propagée par des navires néerlandais – infestés de puces et de rats porteurs du virus – la maladie fait, au total, près de 100 000 morts dans la capitale anglaise ; ce qui équivaut, à peu près, à 20 % de sa population.

Afin de limiter la contagion, plusieurs dispositions sont prises par le pouvoir central.
Ainsi, les personnes infectées ne peuvent pas sortir de chez elles, tandis que la porte de leur demeure est marquée d’un motif (une croix blanche, rouge, ou encore l’inscription “Lord have mercy” signifiant “Dieu est miséricordieux” en français).

Toutefois, les autorités ne se limitent à ces simples mesures relevant du bon sens.
Les médecins de l’époque pensent, en effet, que fumer du tabac est un excellent préservatif contre la peste.

Cette croyance provient probablement des travaux menés par le médecin néerlandais Isbandis de Diemerbroeck qui attribuait au tabac des vertus médicinales, depuis l’épidémie de Nimègue (1635-1636).

Un remède de fortune

Afin de contenir la propagation de la maladie, les médecins anglais obligent – par conséquent – la population (adultes, comme enfants !) à fumer massivement du tabac.

Couplé à la diffusion – dans chaque habitation – de vapeurs issues d’un mélange de vinaigre et de plantes aromatiques, cette décision est censée représenter le principal remède devant ce fléau qui semble irrésistible

Très pointilleuses, les autorités vont même jusqu’à fouetter les élèves du collège d’Eton qui refusent de fumer du tabac régulièrement.

Néanmoins, toutes ces mesures demeurent inefficaces et le salut de l’Angleterre n’advient, finalement, qu’après l’arrivée du pic de contamination, au cours du mois de septembre de l’année 1665.

Un dénouement brutal qui reste encore inexpliqué aux yeux des historiens actuels.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre