Santé

Où se trouve la “tabatière anatomique” ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Santé” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
La tabatière anatomique est le nom de l’une des régions du poignet. Elle a été nommée ainsi en référence au tabac à priser, dont l’usage est très limité de nos jours et dont le degré de dangerosité reste à démontrer.

Donc sur le poignet, mais où exactement ? La tabatière anatomique se trouve à la base du pouce, au niveau du poignet. Pour que cette petite dépression apparaisse, il faut que le pouce s’écarte des autres doigts. Des muscles du pouce entrent en jeu dans ce mouvement.

Quand on touche cette tabatière anatomique, on sent, sous son doigt, certains des os du poignet, dont le rôle est essentiel dans son mouvement. On y sent également battre une artère spécifique.

Une fracture de l’os scaphoïde est l’un des accidents les plus fréquents de cette zone du poignet.

Et si cette zone a reçu ce nom, c’est parce que le petit creux qu’elle forme était utilisé pour y déposer un peu de tabac à priser. Ainsi les amateurs y disposaient un peu de leur tabac, avant de lever leur main à la hauteur du visage et d’en aspirer par le nez la poudre fine.

Connu depuis le XVIe siècle, le tabac à priser, souvent aromatisé, était contenu dans des tabatières qu’on mettait dans sa poche ou dans de petits sacs. Priser du tabac devint un rituel très populaire au XVIIIe siècle, d’abord dans la noblesse, puis dans le peuple, qui l’adopta peu à peu.

Goûté par les hommes aussi bien que par les femmes, le tabac à priser était aussi considéré comme un médicament, efficace contre la migraine.

Sauf dans certains pays, le tabac à priser est passé de mode. Son éventuelle nocivité est discutée. La règlementation européenne n’impose plus l’apposition, sur les boîtes contenant ce tabac, d’avertissements sur une possible dangerosité du produit.

Une étude, menée par un institut de recherche sur le cancer, est cependant venue rappeler que des tests pratiqués sur l’animal pourraient montrer une corrélation entre certains types de tabacs à priser et l’apparition de cancers. Mais de tels effets sur l’homme ne sont pas démontrés pour le moment.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre