Voyage

Pourquoi dit-on “une omelette norvégienne” ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Voyage” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Si vous êtes gourmand, vous appréciez sûrement l’omelette norvégienne. Ce délicieux dessert termine souvent les repas de fête. Mais savez-vous pourquoi on l’a nommé ainsi?

Un dessert “scientifique”

L’omelette norvégienne a été créée à l’occasion de l’Exposition universelle de 1867, qui se déroula à Paris. Des délégations du monde entier descendaient dans les palaces de la capitale.

Le chef cuisinier de l’un d’entre eux, le Grand Hôtel, voulut profiter de la circonstance pour se surpasser. Ce maître queux, qui s’appelait Balzac, inventa pour l’occasion un dessert dont la composition s’inspirait des découvertes scientifiques de son temps.

On avait en effet prouvé, quelques décennies auparavant, que le blanc d’œuf battu conduisait très mal la chaleur. Balzac imagine donc un dessert composé d’une génoise et d’une glace, recouvertes d’une couche de meringue. Le tout était passé au four pour donner cet aspect “brûlé” qui deviendrait l’un des signes distinctifs de l’omelette norvégienne.

Ce qui fait la particularité, et la célébrité, de cette pâtisserie, c’est que l’extérieur en reste chaud, sans pour autant altérer la glace, qui conserve toute sa fraîcheur. C’est la meringue, et donc les blancs d’œuf, qui ont ainsi isolé la glace.

Un cuisinier peu doué en géographie

Si ce chef cuisinier parisien se tenait informé des dernières avancées scientifiques, il ne devait pas consulter souvent des cartes de géographie.

Il voulut en effet attribuer la paternité de sa trouvaille au savant qui avait démontré la non conductibilité du blanc d’œuf battu. Ce scientifique s’appelait Benjamin Thompson, comte de Rumford.

Né, au milieu du XVIIIe siècle, dans l’une des treize colonies américaines qui allaient devenir les États-Unis, Thompson s’installa en Bavière à la fin du XVIIIe siècle. Ce savant éclectique y fut notamment chargé de la direction de la police et de la conduite de la guerre.

Le chef cuisinier du Grand Hôtel savait que Benjamin Thompson, mort en France en 1814, vivait en Bavière au moment où il découvrit les particularités du blanc d’œuf. Or, pour lui, la Bavière se situait…en Norvège! Et cette erreur n’a jamais été remise en question, puisque ce savoureux dessert s’appelle toujours omelette “norvégienne”.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre