Santé

Pourquoi bailler est-il agréable ?

bai

S'abonner au podcast
Le bâillement est commun à de nombreuses espèces animales. Signe de fatigue, ce réflexe permet de stimuler la vigilance d’un individu en période de fatigue et lui procure une sensation de bien-être. En moyenne, un individu baillera environ 250 000 fois durant sa vie et même le fœtus a cette capacité.

Le bâillement est caractérisé par plusieurs phases distinctes sur une période courte de 5 à 10 secondes. Il commence par une profonde inspiration accompagnée d’une importante dilatation du larynx, suivie d’une courte apnée et se termine par une forte expiration de l’air. Par ailleurs dans certains cas, le fait de bâiller conduit à activer les glandes lacrymales.

Mais le bâillement n’a pas révélé tous ses secrets. Dans le passé, le rôle supposé du bâillement était d’apporter un flux important d’oxygène dans le cerveau pour le stimuler. Aujourd’hui, même si sa fonction biologique n’est pas entièrement élucidée, il est admis par la communauté scientifique que le bâillement serait induit par une élévation de la température du cerveau, un phénomène fréquent en cas de fatigue ou de maladie. Bâiller permettrait ainsi d’augmenter la pression sanguine pour apporter un flux de sang plus tempéré dans la boîte crânienne pour réduire sa température.

Le bâillement est accompagné d’un sentiment de bien-être et de détente. Les causes de cet état sont liées à des hormones produites lors du bâillement. En particulier, la production d’oxytocine par l’hypothalamus est stimulée. Ce neuropeptide a été découvert en 1906 par Henry Dale. Ce brillant neurologue, prix Nobel de médecine en 1936 avait démontré que cette hormone était produite à des concentrations élevées lors de l’accouchement, augmentant la contraction des muscles de l’utérus pour faciliter le travail.

Dans le cas du bâillement, l’oxytocine permet de relâcher les muscles du visage pour faciliter l’ouverture de la mâchoire. Or récemment, des études ont montré que l’oxytocine joue un rôle dans l’orgasme. Cela permettrait d’expliquer la sensation de bien-être ressentie lors d’un bâillement même si les concentrations de cette hormone de l’amour induites par le bâillement sont nettement plus faibles que lors d’un orgasme.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre