Voyage

Pourquoi Ayers Rock est sacré ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Voyage” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
S’élevant à près de 350 mètres du sol, Uluru, aussi baptisé Ayers Rock, se dresse, tel un îlot rocheux, au centre d’une vaste plaine. Cet endroit, sacré pour les Aborigènes, a fini par être fermé au public.

Une montagne fascinante

Se dressant comme une île au milieu d’une mer immobile, Ayers Rock est un des plus grands inselbergs de la planète, reliefs isolés dominant le paysage environnant. C’est la résistance de la roche à l’action de l’érosion qui explique cette particularité.

Classé au patrimoine mondial de l’Unesco, cette montagne de grès rose, située au cœur du parc national d’Uluru-Kata Tjuta, se pare de couleurs vives, qui changent avec la course du soleil. Le soir, avant qu’il ne disparaisse à l’horizon, le spectacle est grandiose.

Depuis les années 1950, Ayers Rock attire des touristes toujours plus nombreux. Ils font le tour de la montagne et les plus audacieux entreprennent son ascension, au mépris du danger. Plusieurs alpinistes, en effet, ont fait des chutes mortelles.

Les vents violents, dont la force culmine au sommet de la montagne, et la chaleur torride, renforcent les risques d’une telle ascension.

Un lieu sacré

Le lieu appartient aujourd’hui aux Aborigènes. Pour eux, Uluru est une montagne sacrée. Elle aurait été édifiée par leurs ancêtres, au temps de la formation du monde. Le lieu serait toujours habité par les esprits de ces créateurs.

De nombreuses légendes, où il est question de serpents et d’émeus, ces oiseaux emblématiques de l’Australie, tissent l’histoire fabuleuse d’une terre où des traces d’un peuplement très ancien se discernent dans les abris rocheux.

Le caractère sacré des lieux était peu compatible avec une fréquentation touristique croissante. Les Aborigènes, propriétaires traditionnels d’Uluru, ont d’abord installé sur place des panneaux d’avertissement.

Ils y demandaient aux visiteurs d’éviter l’ascension de la montagne, assimilée, pour eux, à la profanation d’un endroit sacré. Ils avertissaient aussi les grimpeurs des dangers courus.

Mais ces conseils ne sont pas suivis et les ascensions continuent. En octobre 2019, les propriétaires du lieu décident donc de le fermer au public. Malgré tout, les touristes pourront toujours découvrir le parc national au centre duquel s’élève Ayers Rock.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre