Culture Générale

Pourquoi Parmentier n’a pas découvert la pomme de terre ?

pomme de terre

S'abonner au podcast
Si Antoine Augustin Parmentier joua un rôle certain et de premier plan dans la démocratisation de la consommation de la pomme de terre, il n’est pas celui qui l’a découverte.

L’histoire de ce légume a débuté il y a à peu près 8000 ans sur les hauts plateaux de la Cordillère des Andes. Là, nul cultivateur. Elle y poussait à l’état sauvage. Nommée “papas” par les Incas, ceux-ci se mirent à la cultiver à partir du 13e siècle.

A cette époque donc, nulle pomme de terre chez nous en Europe, de l’autre coté de l’Atlantique.

Il faut attendre que l’explorateur espagnol Pedro Cieza de León la découvre lors de la conquête du Pérou en 1538, et décide d’en rapporter en Europe. Commence alors son périple européen vers nos assiettes. Elle est introduite en premier lieu en Espagne et s’appelle alors “patata”. Puis elle gagne l’Italie sous le nom de “taratouffli” qui signifie “petite truffe”. Enfin elle atteint le sud de notre pays. Ainsi ce serait en Ardèche qu’elle aurait été cultivée pour la première fois en Europe, vers 1540.

Mais elle ne rencontre pas beaucoup de succès chez nous où son utilisation est longtemps cantonnée à l’alimentation des animaux.

Et nous en venons à Parmentier ! 150 ans plus tard, au 18ème siècle, Antoine-Augustin Parmentier, pharmacien aux armées, va tout changer. Il y goûte pour la première fois lors de la guerre de Sept ans alors qu’il est prisonnier militaire en Prusse. Il prend connaissance à cette occasion de ses qualités nutritives. Ainsi pour traiter le problème de la famine qui touchait régulièrement la France, il la recommande et en plante autour de Paris. Selon la légende il obtient même du Roi que ses champs de pommes de terre du coté de la plaine des Sablons soient gardés le jour uniquement par des soldats. La nuit, faute de surveillance, les habitants viennent voler les tubercules et c’est ainsi que démarre la pubilicité de la pomme de terre. Mais c’est une légende. En réalité, les lettres de Parmentier mettent en lumière ses craintes que les vols nocturnes des tubercules immatures nuisent à la promotion de la pomme de terre.

En revanche ce qui est exact est que Parmentier promeut la pomme de terre en organisant des dîners avec des invités prestigieux, comme Benjamin Franklin ou le couple royal et où parfois le repas est exclusivement composé de plats à base de pomme de terre.

Ainsi Parmentier est parvenu par la reconnaissance royale et à son engagement dans la promotion de la pomme de terre à transformer son image: d’un aliment de pauvre à celui des élites, faisant de la pomme de terre comme le dit Brillat-Savarin dans La physiologie du goût le « légume de la cabane et du château ».

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre