Histoire

Pourquoi parle-t-on des “rois fainéants” ?

hist Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Histoire” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.

Connus sous l’appellation peu flatteuse de “roi fainéants”, les souverains mérovingiens ont laissé, de ce fait, une image peu reluisante dans l’histoire française. Néanmoins, il faut préciser que cette réputation a d’abord été colportée par Éginhard – le biographe de Charlemagne – qui légitimait, par ce portrait, la prise de pouvoir carolingienne au détriment de la dynastie précédente.

Une mauvaise réputation

Issue de l’aristocratie franque, la dynastie mérovingienne a régné sur une bonne partie de l’Europe (correspondant à une partie des territoires belges, français, allemands, suisses et néerlandais actuels) du Ve au VIIIe siècle de notre ère.

Successeurs de Clovis, les rois mérovingiens avaient d’abord tiré beaucoup de crédit de leur ascendance prestigieuse, avant de finalement voir leur autorité s’étioler aux yeux des générations ultérieures.

En effet, dès la montée de Thierry III (673-691) sur le trône austrasien (un territoire correspondant au nord-est de la France actuelle) les souverains mérovingiens sont perçus comme des hommes d’État passifs et peu avisés, dans l’inconscient collectif français.

Ces défauts rédhibitoires font de ces monarques des “rois fainéants ” (un terme forgé à partir de la locution “fait néant”) dans l’histoire française.

Les Carolingiens écrivent l’histoire

Justifiée ou non, cette piètre réputation accolée aux souverains mérovingiens est, avant tout, l’œuvre d’un chroniqueur nommé Éginhard.

Biographe attitré de Charlemagne, cet intellectuel né à fin du VIIIe siècle a, en effet, intentionnellement brossé un portrait à charge des Mérovingiens, afin de justifier le coup d’État carolingien de 751 (année durant laquelle Pépin le Bref avait détrôné Childéric III).

Dépeints comme des souverains nonchalants (se déplaçant en char) et négligés (avec une longue chevelure), ces rois tournés en ridicule étaient donc rendus indignes de gouverner, aux yeux des générations ultérieures.

Bien qu’étant très partial, ce portrait a considérablement marqué l’inconscient collectif français, l’expression “roi fainéant” étant même devenue une image d’Épinal.

En effet, récupérée par les républicains du XIXe siècle, pour railler la royauté dans son ensemble, la locution sert désormais à pointer du doigt le train de vie indolent de beaucoup d’hommes de pouvoir contemporains.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre