Incroyable !

Nous mangeons 500 grammes d’insectes par an

vis Abonnez-vous au podcast “Incroyable!” pour ne rater aucun nouvel épisode:
spotify-r. S’abonner
apple-r-1 S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Avis aux âmes sensibles : nous mangerions 500 grammes d’insectes par an ! Dégoûtant ! Comment est-ce possible ? En fait, la production de mets et de boissons s’accompagne fatalement de la présence d’insectes, sous la forme de particules et de morceaux. Il y en a donc dans à peu près tout ce qu’on ingère.

Invisibles mais présents

Une légende urbaine raconte que nous avalerions – en moyenne – 6 araignées par nuit, dans notre sommeil.

Sans aller jusque dans ces extrêmes, il est désormais indéniable que nous consommons tous une certaine quantité d’insectes, sans forcément le vouloir.

En effet, selon l’Anses (l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation), nous mangerions – en moyenne – environ 500 grammes d’insectes par an, sans même en avoir connaissance.

Ces insectes, à vrai dire, seraient présents dans nos boissons et dans nos nourritures, sous la forme de débris et de morceaux indétectables à l’œil nu.

Parmi ces particules, la cochenille est probablement le cas le plus connu.
Faisant office de colorant alimentaire, elle serait en effet présente dans de nombreux jus, gâteaux, glaces et même sur certains fruits.

Toutefois, si elle est tolérée par les producteurs, c’est précisément parce qu’elle est moins nocive pour la santé que des produits chimiques ayant les mêmes propriétés.

Une question de dosage

Même si l’industrie agro-alimentaire accepte la présence de fragments d’insectes dans les produits qu’elle distribue, elle en limite néanmoins un nombre maximum ; afin que chaque dose ingérée par le consommateur ne soit pas surchargée en détritus organiques.

Ainsi, les chocolatiers autorisent-ils la présence d’un contenu maximal de 60 fragments d’insectes pour 100 grammes de chocolat ; tandis que les fabricants de pâtes ne veulent pas plus de 225 fragments d’insectes pour 225 grammes de pâtes alimentaires.

Parallèlement, néanmoins, des individus militent pour une consommation régulière d’insectes par les humains omnivores que nous sommes.

Mettant en avant la faible consommation en ressources que représenterait la production de tels mets, ces militants prétendent également que de nombreux insectes auraient une teneur nutritionnelle “très avantageuse”.

Ainsi, le criquet contiendrait-il 50 % de protéines (soit le double de ce que recèle un poulet), tandis qu’il serait beaucoup moins gras qu’un produit d’apéritif classique.

Peu de chances, cependant, que de tels arguments emballent beaucoup de monde.

1 commentaire

1 commentaire

  1. Raphaël Jeanneret

    14 avril 2020 at 17 h 55 min

    En Suisse nous pouvons acheter des insects a manger asser facilement. En grandes surfaces et meme en ligne. Il suffit de chercher “manger insectes suisse” pour trouver des boutiques en ligne. Pero je n’ai jamais goûté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre