Sciences

Pourquoi le magicien Jean-Eugène Robert-Houdin fut un génie ?

rob

S'abonner au podcast
Le père de la magie moderne fut un génial inventeur !

Robert-Houdin nait à Blois en 1805. Devenu magicien, se produisant au Palais Royal à Paris, il met au point des numéros fabuleux parmi lesquels « le carton fantastique », un simple carton à dessin d’où sortaient des animaux ou des objets; ou encore le tour appelé « l’oranger merveilleux », dans lequel un arbre fleurissait sous les yeux des spectateurs.

Il devint tellement célèbre qu’en 1856 par le gouvernement colonial lui demanda de partir en Algérie avec une délégation française afin de « discréditer les marabouts » sur place.

Magicien il fut donc aussi démystificateur. Il publia des ouvrages afin d’expliquer les astuces de ses confrères, comme par exemple dans Les tricheries des Grecs dévoilées, ou Magie et physique amusante, dans lequel il divulgue d’ailleurs certains de ses propores secrets de magie.

Mais la nature profonde de Robert-Houdin est d’être un scientifique passionné par l’horlogerie et la mécanique.

Il invente ainsi différets mécanismes novateurs comme « l’écrivain dessinateur », ou encore « le pâtissier du palais royal », un pâtissier dans une maison de poupées qui ressort avec un gateau réel.

Son énergie créatrice ne se limite pas à la magie. Sa toute première invention, pour laquelle il dépose d’ailleurs un brevet, est un réveil-briquet. Quand il sonne, une allumette sort et enflamme une bougie. Il met également au point une horloge dont on ne perçoit pas le mécanisme… et pour cause il est intégré aux aiguilles.

En 1863 il met au point un système complexe lui permettant d’éclairer tout son jardin avec des lampes à incandescence à filament végétal. Pour la maison, on peut d’ailleurs le considérer comme un précurseur de la domotique. Fortune faite dans la magie il se retira pour consacrer son temps à la recherche scientifique et entreprend, dès 1850, de faire de son habitation, la première maison “intelligente”, dans laquelle l’horlogerie mêlée à l’électricité prennent en charge toutes les questions d’intendance.

Infatigable, alors atteint d’une cataracte, il aide son ophtalmologue en élaborant de nouveaux outils d’observations qui permettront de faire des progrès significatifs en ophtalmologie. Ils déposent ainsi une série de brevets dans ce domaine comme ceux du pupilloscope, pupillomètre et du rétinoscope.

Mort en 1871 d’une pneumonie il y avait du Léonard de Vinci dans Robert-Houdin, alors que pour la postérité il ne resta qu’un prestidigitateur…

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre