Incroyable !

Les gladiatrices ont existé

vis Abonnez-vous au podcast “Incroyable!” pour ne rater aucun nouvel épisode:
spotify-r. S’abonner
apple-r-1 S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Les gladiateurs, ces combattants antiques qui s’escrimaient dans les arènes romaines, sont très bien connus du grand public ; grâce, notamment, aux nombreux péplums qui en ont dressé le portrait.
Les gladiatrices, par contre, sont tombées dans l’oubli général, au point que personne – ou presque – n’y fait référence. Pourtant, elles ont bel et bien existé.

Les reines de l’arène

“Ave César, ceux qui vont mourir te saluent !” Ceux… et celles ?

En effet, si la figure du gladiateur est systématiquement incarnée par un homme, il ne faut pas oublier que des femmes ont également pris part à ces joutes du cirque romain.

Ainsi, selon Mark Vesley – un historien spécialiste de la société romaine – il a bien existé des gladiatrices, mais celles-ci étaient plutôt formées au sein de “collèges” spéciaux, à l’écart de la gladiature réservée aux combattants masculins.

Si l’on se réfère aux documents écrits qu’il nous reste de cette antique époque, c’est sous le règne d’Auguste que les premières gladiatrices auraient fait leur apparition au sein des arènes de l’empire romain.

Par la suite, Néron aurait fait de ces combats un des moments incontournables des jeux proposés à la plèbe, en remplaçant notamment le sable de l’arène par des débris de pierres semi-précieuses.
Domitien, de même, les aurait fait combattre de nuit, à la lueur des torches ; ce qui plaisait beaucoup au public qui venait en masse.

Néanmoins, l’empereur Septime Sévère mit fin à ces spectacles, aux alentours de l’an 200 de notre ère, pour des raisons qui nous restent encore inconnues.

Des preuves tangibles

De cette époque révolue, il reste tout de même quelques reliques que les archéologues ont pu dénicher au cours de leurs recherches.

Parmi celles-ci, la plus célèbre est sans doute la statue de la “gladiatrice victorieuse brandissant une sica”, exposée au musée de Hambourg.

Représentant une jeune femme – torse nue – brandissant une lame, cette œuvre antique avait d’abord été assimilée à la représentation d’une femme faisant sa toilette, à l’aide d’un strigile (un racloir antique).

Avec le temps, néanmoins, des spécialistes du monde antique – comme Alfonso Manas – se sont rendus à l’évidence.

Il s’agit bien d’une des (rares) représentations d’une gladiatrice qui nous provient du monde ancien.

“O tempora, o mores”…

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre