Incroyable !

Les cendres de l’inventeur des Pringles sont dans un tube de chips

vis Abonnez-vous au podcast “Incroyable!” pour ne rater aucun nouvel épisode:
spotify-r. S’abonner
apple-r-1 S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Tout le monde connaît les Pringles, ces petites chips ondulées – aux saveurs variées – particulièrement appréciables à l’heure de l’apéritif. L’inventeur de son célèbre tube reste, néanmoins, méconnu du grand public. Pourtant, sa destinée est peu commune, puisqu’après avoir été incinéré, une partie de ses cendres fut placée… dans un des tubes de ces célèbres chips.

Un homme à l’origine d’une innovation bien utile

Mondialement connue, la marque des Pringles se caractérise par des chips finement incurvées, entreposées dans un tube droit très solide de type “canister” (c’est à dire : un emballage de forme cylindrique dont l’ouverture se situe à de ses extrémités).

Cet emballage tubulaire n’a rien d’anodin, puisqu’il a été conçu et breveté par un spécialise du conditionnement des aliments : le chimiste Fredric John Baur.

Très résistant, grâce à son film métallique intérieur couplé à un film cartonné extérieur, l’ensemble permet ainsi aux chips de rester compactes ; tout en étant protégées des éventuels chocs extérieurs.

Ainsi, très performante, cette méthode de conditionnement (brevetée en 1970) crée immédiatement une tendance dans le domaine des emballages de produits vendus dans les supermarchés.

Couronné de succès, son inventeur, quant à lui, poursuit sa route en mettant au point des huiles de friture, ou encore de la crème glacée lyophilisée.

À l’issue d’une carrière bien remplie, le chimiste soumet toutefois une demande bien étrange à son fils aîné, Larry Baur.

Une dernière volonté vraiment spéciale

Se sachant sur la fin, l’homme atteint de la maladie d’Alzheimer insiste, en effet, pour qu’une partie de ses cendres soient disposées dans un tube de Pringles.

Sans surprise, ses fils croient d’abord à une mauvaise blague, mais devant l’abnégation de leur père, doivent se résoudre à respecter sa dernière volonté.

Ainsi, lorsque Fredric Baur rend l’âme en 2008 (à l’âge de 89 ans), son corps est incinéré et une partie de ses cendres est déposée dans un tube de Pringles, lui-même placé dans un caveau situé dans l’Arlington Memorial Gardens (à Cincinatti) ; aux côtés d’une urne plus classique contenant également les restes du défunt.

Bien qu’elle puisse sembler farfelue, cette ultime demande était en fait l’expression de la fierté de Fredric Baur. Celle d’avoir été un des inventeurs (de l’ombre) les plus influents de son siècle.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre