Économie

Le “fast good” est-il l’avenir du fast-food ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Économie” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Le succès du fast food n’est plus à démontrer. L’urbanisation et l’extension du salariat ont conduit des millions d’individus à manger sur le pouce, à défaut de pouvoir se cuisiner un repas pendant leur temps libre. Néanmoins, depuis quelques années, les exigences ont changé et les consommateurs demandent de plus en plus des produits de qualité. Une exigence qui a mené à l’émergence d’un concept mêlant restauration rapide et gastronomie. C’est le « fast good » !

Mais, petit retour en arrière !

Soulignons d’abord que même en France (patrie de la haute gastronomie), les enseignes de restauration rapide ont rencontré un succès aussi rapide que phénoménal. Le premier McDonald’s, ouvert à Créteil en 1972, a ainsi immédiatement fait des émules.

Malgré tout, les générations passant, les exigences de qualité ont refait surface poussant le secteur à se renouveler. En demande de produits plus sains, équilibrés et nourrissants, les consommateurs ont ainsi ouvert la brèche vers une nouvelle forme de restauration rapide, pour laquelle le terme « gourmet » n’est pas un gros mot.

Dans une société où le « bien manger » revient en force, les nouvelles enseignes de « fast good » (ou de « fast casual ») fleurissent en profitant de plusieurs tendances. Parmi elles:

– l’envie de produits sains et de repas équilibrés : la santé redevient, en effet, une
préoccupation majeure des consommateurs qui raffolent désormais de smoothies et de
salad’bars.
– mais aussi le choix de produits authentiques : les saveurs régionales reviennent également en force, avec des produits de caractères parfois consommés dans un cadre typique.
– enfin la recherche de nouveautés culinaires : contre la standardisation des recettes,
fréquemment associée aux fast food, les consommateurs veulent désormais expérimenter de
nouvelles saveurs, sans forcément se rendre dans des restaurants très huppés.

Ainsi, des enseignes comme Exki, Big Fernand, ou encore Bagelstein proposent-elles des produits qui séduisent une part croissante de la population (particulièrement celle des consommateurs de la catégorie 18-34 ans).

Alors attention… avec 10% d’un marché pesant près de 47 milliards d’euros, le « fast good » reste encore minoritaire mais présente de véritables promesses de croissance, d’autant que ses prix (bien plus élevés que chez la concurrence des fast food) ne semblent pas vraiment dissuader ses adeptes.

De quoi insuffler un vent d’air frais dans le monde de la restauration rapide.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre