Histoire

Qui est Lady Death, tireuse d’élite ?

lad

S'abonner au podcast
Bien plus qu’une simple soldate, Lioudmila Pavlitchenko a été une des meilleures tireuses d’élite de toute l’histoire. Celle que l’on surnommait “Lady Death” a en effet abattu pas moins de 309 soldats nazis au cours de la Seconde Guerre mondiale. Héroïne au parcours peu commun, cette femme militaire soviétique a ainsi pu jouir d’une véritable notoriété qui l’a amenée à défendre publiquement l’idée d’égalité des sexes dans la société.

Jeunesse et vocation d’une tireuse d’élite
Née en 1916 dans le village ukrainien de Bila Tserkva, Lioudmila Pavlitchenko (née Belova) passe sa jeunesse dans une Ukraine tout juste soviétisée.

Turbulente depuis très jeune, elle démarre les activités de tir au fusil dans un club de Kiev, ville où ses parents ont déménagé quelques années après sa naissance. Plutôt douée dans cet exercice, elle décide, en outre, de travailler dans une fabrique d’armes.

Après une vie maritale de courte durée et la naissance d’un premier fils, Lioudmila reprend ses études en 1937.

Mais contre toute attente, 2 ans plus tard, c’est le début de la guerre, en 1939, ce qui va changer la destinée de la jeune demoiselle, laquelle candidate pour être enrôlée dans la 25e division de fusiliers de l’Armée rouge.

La révélation de “Lady Death”
Ses débuts dans l’armée ne sont pas évidents. Destinée à occuper un poste d’infirmière, conformément aux normes militaires de l’époque, la jeune femme insiste auprès d’un registraire pour être enrôlée comme tireuse d’élite.

Même si ses longues années d’entraînement dans les stands de tir finissent par convaincre les recruteurs, Lioudmila est d’abord cantonnée à des tâches ingrates, en raison d’une pénurie d’armes à feu.

Néanmoins, par sa malice, elle réussit un jour à subtiliser un fusil à lunettes à un de ses camarades, avant d’abattre deux soldats roumains postés à 400 mètres d’elle. Ce fait d’armes fait sa réputation et la mène à faire partie du contingent des tireurs d’élite de l’armée soviétique.

C’est là le début d’une année de combats intenses, au cours de laquelle la soldate abat, entre Odessa et Sébastopol, 309 soldats allemands parmi lesquels 36 snipers aguerris.

Aux yeux du monde, Lioudmila Pavlitchenko devient alors “Lady Death” et sa notoriété ne fait que croître lorsqu’elle décide de quitter le front, en 1942, pour se rendre en voyage aux États-Unis.
Principale attraction de la délégation soviétique, elle y rencontre Theodore et Eleanor Roosevelt, avec laquelle elle se lie d’amitié. Très impliquée dans son combat, elle enjoint les Américains à poursuivre leur effort de guerre, tout en vantant les mérites des femmes présentes au front.

Récompensée du titre de “Héros de l’Union soviétique” en 1943, “Lady Death” termine la guerre en tant que formatrice de tireurs d’élite, puis travaille pour la marine après l’armistice. Très estimée, à la fois par le pouvoir et la population soviétiques, elle bénéficie d’hommages nationaux à l’annonce de son décès, en 1974.

Depuis, l’admiration qu’elle suscite se perpétue dans des films qui célèbrent l’audace et le courage d’une femme qui a su s’illustrer dans les tourments de la guerre.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre