Incroyable !

La première campagne anti tabac fut menée par les nazis

vis Abonnez-vous au podcast “Incroyable!” pour ne rater aucun nouvel épisode:
spotify-r. S’abonner
apple-r-1 S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
“Le tabac, c’est tabou ! On en viendra tous à bout !” : c’est par cette phrase devenue culte que Didier Bourdon et Bernard Campan caricaturaient la lutte contre le tabagisme, dans leur film comique intitulé “Le Pari”.
Bien avant ces groupes de désintoxication et toutes les campagnes de prévention actuelles, un État a, néanmoins, fait figure de précurseur en la matière : il s’agissait… de l’Allemagne d’Adolf Hitler.

Une politique nationale

Arrivé d’Amérique sur le Vieux Continent, le tabac semble avoir connu un engouement que rien ni personne n’a pu contester.

Pourtant, si les campagnes anti-tabac semblent très récentes dans l’Histoire, un pays a fait figure de pionnier dans le domaine : il s’agit du IIIe Reich, dont les premières manifestations contre le tabagisme remontent au début des années 1930.

Pourfendeur acharné du tabagisme, Adolf Hitler est, sans surprise, à l’initiative de cette politique nationale.
Ancien gros fumeur de son état, le Führer estimait, par ailleurs, que la consommation de tabac ne pouvait être compatible avec des mesures eugénistes dignes de ce nom.

En effet, selon lui, la cigarette faisait vieillir les Allemandes plus vite (et les rendait, donc, moins attractives au regard de leurs homologues masculins), tandis que fumer nuisait à la santé des Allemands qui se devaient d’avoir une condition physique irréprochable.

Pour le bien de l’Allemagne, il fallait donc impérativement évacuer le tabac de la vie publique.

Des mesures au succès mitigé

S’appuyant sur une médecine allemande à la pointe de la recherche sur le tabac, les dirigeants du Reich parvinrent à mettre en avant les liens entre le tabagisme et la survenance de cancers du poumon.

Dans la foulée, furent mises en place des mesures radicales visant à faire disparaître la consommation de tabac de la sphère publique. Ainsi, le tabac fut-il interdit – en 1938 – dans les établissements de soins, dans certains services publics, ainsi que dans les écoles.

Trois ans plus tard (en 1941), la consommation de tabac fut, cette fois-ci, interdite dans les tramways, avant d’être prohibée dans les bus, en 1944. Quant aux soldats, à la place d’une vingtaine de cigarettes par jour, ceux-ci devaient se contenter de six petits cigarettes journalières.

Malgré ces mesures très strictes, la réaction des Allemands fut – néanmoins – un véritable camouflet pour Adolf Hitler.

En effet, entre 1933 et 1939, le nombre de cigarettes consommées par les citoyens du Reich fut multiplié par deux… soit bien plus vite qu’en France, où aucune législation prohibitive n’avait été mise en place.

En réalité, seuls les militaires diminuèrent leur consommation, pendant toute la durée du conflit mondial, entre 1939 et 1945.

Mais si le tabac tue, la guerre aussi…

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre