Santé

Pourquoi la généticienne Nettie Stevens fut-elle injustement traitée ?

Nettie_Stevens

Nettie Stevens est une généticienne américaine née en 1861 et décédée en 1912. Elle a fait l’une des plus grandes découvertes biologiques du début du XXe siècle : celle que le sexe de chaque individu est déterminé par des caractères chromosomiques et plus particulièrement par la présence ou l’absence du chromosome Y.

Cette généticienne est donc une vraie pionnière. La mère des chromosomes XY.

Très douée elle mit deux ans au lieu de quatre pour terminer ses études à la Westfield Normal School, dans le Massachusetts. Major de sa promotion à seulement 19 ans, elle obtient ensuite son diplôme d’institutrice puis exerce 16 ans avant de décider de reprendre ses études.  A la fin de celles-ci elle entre en 1896 à l’Université Stanford, en Californie. Après quatre ans d’études en biologie, elle obtient son diplôme et  se spécialise en cytologie, c’est-à-dire dans l’étude des cellules. Et a 39 ans quand elle commence sa carrière dans la recherche.

En 1905 elle fait la découverte fondamentale du chromosome Y. Malheureusement elle meurt seulement quelques années plus tard d’un cancer du sein. Très misogyne, la communauté scientifique de l’époque rechigne à lui accorder  la paternité de cette découverte scientifique ! Elle se trouve ainsi exclue de toute reconnaissance et resta dans l’ombre de ses collègues masculins.

Aujourd’hui cette injustice est réparée. Nettie Stevens est inscrite au National Women’s Hall of Fame qui honore aux États-Unis les femmes qui ont influencé leur époque et se sont distinguées.


Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir en exclusivité les meilleures chroniques et avoir une chance de gagner le livre "500 Choses à savoir" !

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre