Histoire

Quels furent les trois noms de Saint Petersbourg ?

stpet

S'abonner au podcast
Bijou de l’empire russe, Saint-Pétersbourg a une histoire courte mais, pourtant, très mouvementée. Fondée ex nihilo, en 1703, cette ville, créée sous l’impulsion du tsar Pierre Ier, a immédiatement été intronisée capitale, pour ensuite se développer sur le modèle des plus belles cités d’Europe de l’Ouest.

Au cours des siècles suivants, l’histoire chaotique de l’empire russe accouchera néanmoins, de plusieurs changements de nom ainsi que de la fin de son statut de capitale impériale.

Une ville créée ex nihilo

Projet emblématique du règne de Pierre Ier, la création de la ville de Saint-Pétersbourg (Sankt Peterburg, en russe) matérialise la volonté de rapprochement qu’éprouvait le souverain russe vis-a-vis des royaumes d’Europe de l’Ouest.

Le choix du nom, dont l’étymologie rappelle celle de villes germaniques, est en lui-même le symbole de cette politique de “modernisation” que comptait insuffler Pierre Ier à son empire, en imitant les puissances européennes auxquelles il vouait une certaine admiration.

Cette “fenêtre sur l’Europe” est, toutefois, fondée dans un territoire inhabité et peu hospitalier, fraîchement arraché aux Suédois. Il faut beaucoup de temps, donc, pour que les fondations de la forteresse Pierre-et-Paul (posées en 1703) s’accompagnent de nouveaux bâtiments, posés sur le delta de la Neva, au fond du golfe de Finlande.

Progressivement, néanmoins, les marécages laissent leur place à des canaux et à des ponts qui assainissent les environs. Les ingénieurs imitent alors Amsterdam pour édifier une ville moderne, mais encore en chantier, toutefois, à la mort du Tsar, en 1725.

Une révolution qui laisse des traces

Friands d’art occidental, les Russes attirent des artisans et des architectes de toute l’Europe pour construire les monuments qui font aujourd’hui encore la renommée de la ville (Théâtre de l’Ermitage, Palais Marie, Palais Gatchina).

Le statut de la cité, quant à lui, varie au gré de la volonté des souverains. Sous le règne de Pierre II, Saint-Pétersbourg perd ainsi son statut de capitale au profit de Moscou (1728), avant de reprendre le premier rôle, en 1730, sous le règne d’Anna Ivanovna.

Le premier grand changement intervient, néanmoins, en 1914 lorsque, fraîchement entré en guerre contre l’Allemagne, le tsar Nicolas II décide de russifier le nom de la capitale impériale, en la rebaptisant “Petrograd”, soit “la ville de Pierre”.

Avec la révolution bolchévique de 1917, la ville rentre de nouveau dans le rang avant de changer encore d’identité, pour adopter, cette fois-ci, le nom de “Leningrad” (1924), en l’honneur du défunt “père de la révolution russe”. La cité, dont l’architecture est préservée s’illustre sous sa nouvelle appellation, au cours du siège mené par les nazis , en 1941. Aux yeux des Russes, Leningrad devient alors à la fois martyre et héroïque.

Finalement, à la chute de l’URSS, les habitants de Leningrad choisissent de rétablir le nom historique de leur cité, au cours d’un référendum organisé le 13 juin 1991.

Adoptée d’une courte majorité (54,86 %), la décision devient effective le 1er octobre de la même année, soixante-dix-sept ans après le premier changement de nom de la ville.

Le dernier épisode en date, d’une histoire loin d’être terminée.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre